Le maître de San Marco » Claude Raucy

Editeur : MEO

Livre : ICI

Venise, 1530. Qui est le vrai maître de San Marco ? Le doge Andrea Gritti ? Ou plutôt le compositeur flamand Adriaan Willaert, dont les chanteurs meurent mystérieusement assassinés ? Par qui et pourquoi ? C est ce que le Vénitien Lorenzo et cet autre Flamand Bernardo, dont l amitié s est forgée aux temps florentins du Magnifique et de Savonarole, s efforceront de découvrir à travers ce court récit baigné des mystères de la lagune.

 

⭐⭐⭐⭐

Ce n’est pas la première parution de Claude Raucy que je lis et dont je vous parle, Il a un style que j’aime lire, un style qui nous entraîne jusqu’au dernier mot sans que l’on s’en rende compte, le lecteur glisse simplement d’une page à l’autre grâce à la fluidité de l’auteur. Il est parfois poétique dans ses mots, je trouve que c’est un véritable régal que de lire cet auteur. Son succès n’est plus à faire, avec plus de 100 parutions à son actif, il a bel et bien son lectorat, dont je fais partie pour mon plus grand bonheur d’ailleurs.

Dans Le maître de San Marco, nous nous retrouvons à Venise d’antan, celle du XVIe siècle. Nous nous retrouvons, non pas au célèbre carnaval, mais bien au cœur d’une série de meurtre de chanteurs, meurtres que Bernardo et Lorenzo vont tenter de résoudre. Ce que j’aime dans le style de Claude Raucy, c’est qu’il ne fait pas dans le chichi et la fioriture, il va à l’essentiel, il ne laisse aucun temps morts dans ces récits. Celui-ci est court, c’est vrai, mais relativement intense dans son rythme, dans ses révélations, dans les émotions.

Le gros plus, pour moi, dans ce livre, c’est que le côté psychologique des personnages est très travaillés, l’auteur ne laisse rien au hasard, ce qui permet au lecteur de réellement les comprendre, appréhender certains agissements ou comportements. Mais cela permet également de donner cette impression que l’on connaît vraiment les protagonistes, que ceux-ci ne sont pas de simples personnages dans un livre que l’on est en train de lire tranquillement chez soi.

Pour terminer, je parlerai de la plume de l’auteur, elle est pour moi carrément envoûtante, sincère, poétique, franche. C’est un auteur que j’ai découvert grâce aux éditions MEO, je connaissais son nom, comme beaucoup d’autres personnes je pense, mais je n’avais jamais lu un de ses livres, et franchement quel regret pour moi. Il va falloir que je remédie à cela et m’intéresser de plus près à ses précédentes parutions.

Merci à Gérard et aux éditions MEO pour leur confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *