L’âme soeur » Agnès Karinthi

by

Editeur : L’astre bleu

Livre : ICI

« Tu n’imagines pas ce que je ressens, Maman. Ma vie a commencé quand j’avais neuf ans, au milieu des blouses blanches de l’hôpital. Avant, c’est le trou noir. J’ai perdu ma sœur. Nous devions être très proches, mais je ne le sais pas. J’ai perdu mon père. Il devait être le plus merveilleux des papas, mais je ne me rappelle pas. J’ai perdu mes camarades de classe. Ce devait être une super classe, puisque vingt ans après, il y a un certain Philippe qui débarque chez moi dans le but de refaire connaissance. Mais comment savoir ? Quand le ciel nous est tombé sur la tête à toi et à moi, tu m’as coupée de mon passé. Je me suis construite sur du néant. Aucun repère… À part toi, bien sûr. »
Lorsque Philippe frappe à la porte d’Anne, elle ne le reconnaît pas. Elle ne se souvient plus de sa demande en mariage l’année de leurs huit ans. Tout s’est évanoui dans l’amnésie qui a suivi le grave accident dont sa famille a été victime.
Philippe, lui, ne l’a jamais oubliée et dorénavant, il n’aura plus qu’une obsession : entrer définitivement dans sa vie.
Mais Philippe et Anne peuvent-ils avoir un avenir commun ?
Quel est le prix à payer pour faire renaître le passé ?
Avec ce roman, Agnès Karinthi nous entraîne dans une quête angoissante où chacun traîne sa part d’ombres et de secrets.

 

⭐⭐⭐⭐

Ce que je retiendrai principalement de ma lecture, c’est que ce livre est bluffant, je vous jure qu’il est impossible d’en deviner le dénouement, je n’ai franchement rien vu venir ! L’âme sœur est le second roman d’Agnès Karinthi, son premier, Quatorze appartements, je l’avais découvert en tant que livre voyageur il y a un moment déjà.

Ne comptez pas sur votre lecture de son premier roman (si vous l’avez lu bien entendu) pour vous faire une idée de ce qui vous attend ici avec L’âme sœur, croyez-en mon expérience, ce sont deux livres totalement différents.

Lorsque nous sommes enfants, nous faisons parfois des promesses en se disant que nous les tiendrons, mais bien souvent elles s’envolent avec les années qui passent. Mais pas pour Philippe, oh non, lui il n’a pas oublié qu’un jour Anne lui a répondu oui lorsqu’il lui a demandé de se marier avec elle lorsqu’ils seraient adultes. Mais 20 longues années sont passes depuis cette promesse faites par deux enfants alors âgés de 8 ans. En 20 ans, il peut s’en passer des choses, que ce soit en bien ou en mal d’ailleurs.

C’est donc après 20 ans d’absence, que Philippe fait son retour dans ce petit village où il a connu Anne et sa jumelle Claire. Alors qu’il se présente comme s’il c’tait vu peu de temps avant devant la porte de Anne, il apprend que celle-ci est devenue amnésique suite à un accident de la route où elle a perdu sa jumelle et son père. Suite à cet accident, elle est restée dans le coma un moment, mais à son réveil elle avait perdu la mémoire, elle ne se souvenait de rien avant l’accident. Philippe va alors commencer à lui raconter leur enfance pour en arriver à lui raconter cette fameuse promesse. Le problème, c’est que si au départ Philippe est ce gentil garçon auquel on s’attend grâce aux retours en arrière de l’auteur, il devient très vite légèrement envahissant, il va aller jusqu’à s’installer chez Anne sans lui demander la permission. Perso, c’est coup de pied au cul, tu ne m’impose pas ce que je dois faire ni qui doit vivre sous mon toit. Anne est un peu décontenancée, mais accepte qu’il reste chez elle malgré tout.

Grâce aux retours dans le temps, nous apprenons à connaître Anne et sa jumelle Claire ainsi que Philippe, ils formaient un trio quasi inséparable, faisaient les 400 coups ensemble. Bien que ce fameux trio ne soit pas du goût du père du garçon, sans trop en connaître les raisons il ne veut pas que son fils les côtoie.

Peu à peu, Philippe se fait une place dans la vie de la femme qu’il dit aimer, il continue de lui raconter leur enfance, mais toujours en étant assez envahissant, il estime d’ailleurs qu’Anne lui appartient, comme si elle était une chose et non une personne. Au fil des pages, il devient de plus en plus difficile de réellement le cerner, de le comprendre. Il peut se montrer extrêmement intentionné, tout comme il peut devenir autoritaire, il est franchement déroutant dans son genre. Malgré tout, on s’attache à lui, on veut en savoir plus sur leur enfance, tout comme Anne, même si elle fini par se poser pas mal de questions sur lui.

On en arrive au moment du changement total de style de lecture, si au départ on s’attend à une jolie histoire de romance, une histoire plutôt du genre classique où tout se fini par un « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », c’est à ce moment-là que l’auteure m’a complètement bluffée. Evidemment je ne vous en dirai pas plus à ce sujet, ni comment elle a réussi à me bluffer, mais c’est franchement bien fait, bien amené, on ne voit rien venir. C’est d’ailleurs assez difficile de classer ce roman dans une catégorie unique, il pourrait se trouver dans les romances, comme dans les thrillers psychologiques, c’est un roman finalement assez complexe et beaucoup moins « léger » que l’on pourrait le croire en lisant le résumé.

J’ai franchement hâte de voir ce que Agnès nous réserve pour son prochain roman, j’espère en tout cas qu’il serra tout aussi bluffant et intense que celui-ci, ou peut-être un peu plus léger comme avec son premier roman. Quoi qu’il en soit, peu importe le style de roman qu’Agnès écrira, je suis certaine que j’aimerai le découvrir, tout comme je l’ai fait ici avec son deuxième roman. Elle a vraiment une plume à part, vous devriez vous y arrêter quelques instants, que ce soit avec son premier ou son deuxième roman, ou pourquoi pas les deux, soyons fous, vous ne pourrez qu’aimer son style particulier.

Merci à Agnès pour sa confiance et aux éditions L’astre bleu pour l’envoi du livre.

You might also like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *