Never Forget » Monica Murphy

Editeur : Harlequin

Livre : ICI

Quand Ethan s’est lancé à la recherche de Katie, la fille qu’il a sauvée des griffes de son kidnappeur, huit ans plus tôt, il voulait simplement s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle avait repris le contrôle de sa vie, qu’elle était heureuse, peut-être. Enfin, ça, c’est l’excuse qu’il s’est donnée, car, à la seconde où il a posé les yeux sur elle, il a su qu’il voulait plus. Beaucoup plus. Alors, il a fait tout ce qu’il s’était toujours interdit : il est entré dans sa vie, sous son nouveau nom, sa nouvelle identité. Et, chaque jour qui passe, il s’enfonce un peu plus dans le mensonge.
Mais comment faire autrement, alors qu’il est le fils du monstre qui a changé sa vie à jamais ?

 

L’avis d’Alouqua

⭐⭐⭐⭐⭐

Serais-je dans ma période de lecture qui me retourne dans tout les sens et qui font diminuer mon stock de kleenex à une vitesse monstrueuse ?

C’est vrai qu’avant de débuter, je savais que ce serait une lecture très riche en émotions, on y parle quand même de kidnapping, violence et viol sur une enfant d’à peine 13 ans, étant maman, je pense que c’est un sujet qui me bouleverse peut-être plus que si je ne l’étais pas. Vivre une telle horreur à cet âge, je n’ose même pas imaginer le calvaire que cela doit être en vrai, autant pour les parents que pour l’enfant qui a subi cela, me connaissant, il n’y aurait même pas besoin de passer par la case tribunal, ou alors si, mais pour me juger moi pour meurtre sur la pourriture qui aurait osé toucher à un de mes enfants !!!

Le sujet étant très délicat, je me suis posée pas mal de questions sur comment Monica Murphy allait le traiter, après lecture de ce premier tome, je trouve qu’elle l’a brillamment fait, bien que certains passages ont failli avoir ma peau, pour moi en tout cas, je trouve que l’auteure y a été franchement mais toujours en tenant compte de ce que l’acte pouvais faire ressentir à une jeune fille, des conséquences que cela pouvait engendrer sur sa vie, sur sa vision de l’homme en général, sur la manière qu’elle allait évoluer après avoir vécu un véritable enfer, heureusement de courte durée, mais avouez que déjà une seule journée, c’est une journée de trop !

Lorsque certaines choses arrivent, on parle énormément de la victime ou de son bourreau, mais rarement de la famille de cette personne ayant commis un acte odieux. Comment vivre en sachant que dans notre propre famille il y a un monstre capable d’une telle cruauté envers une enfant, alors que lui-même est père ? Comme vivre avec un tel poids sur le cœur ? Comment accepter qu’une telle personne fasse partie de notre famille ?

Avec Never Forget, Monica Murphy aborde ces deux côtés, nous avons Katherine (la victime) et Ethan (fils du monstre). Que ce soit du côté de Katherine ou celui d’Ethan, je trouve que rien ne manque, que l’auteure a été d’une justesse incroyable. A un moment je me suis même dit que pour être tellement dans le détail, l’auteure ne devait pas être totalement étrangère à ce genre de situation, mais je peux entièrement me tromper, et je l’espère d’ailleurs.

A l’âge où une fille ne devrait penser qu’à s’amuser, à rire, à chanter, à vouloir commencer à regarder les garçons, Katie voit sa vie complètement chamboulée, complètement détruite à cause d’un seul homme, un homme qui lui volera son innocence. Alors qu’elle se trouve dans un parc d’attractions avec ses parents et sa meilleure amie, qui pourrait se douter que dans ce même parc, que dans ce lieu censé donner de la joie et du bonheur, se trouve une personne monstrueuse ? Heureusement pour elle, dans son malheur elle va faire la rencontre de Will qui la sauvera des griffes de son père, son calvaire n’aura duré que 3 jours, mais c’est déjà une éternité.

Huit ans plus tard, Katie ne fait toujours pas confiance aux hommes, elle va toujours chez la psy, elle vit pour ainsi dire cloîtrée chez elle, elle ne sort presque pas. Alors qu’elle tente d’enfin aller de l’avant en se rendant sur le lieu où elle a été enlevée, elle va rencontrer Ethan, un jeune homme qu’elle trouve séduisant, un homme qu’elle a envie de connaître et qui va éveiller des choses en elle. Elle qui n’a jamais eu ce genre de pensée, va se poser des tas de questions à son sujet. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que Ethan est en fait Will, le fils de son tortionnaire, il a juste changé de prénom et de nom de famille. Si elle n’a jamais oublié ce jeune garçon qui lui a rendu sa liberté, de son côté, il n’a jamais cessé de penser à elle non plus.

Cette première partie de l’histoire est émouvante, touchante, nous rencontrons Katie et Ethan, deux personnes qu’un seul homme a brisé, différemment pour chacun d’eux, mais la blessure est bien présente, difficile à panser, le genre de blessure qui vous marque. Je me suis très vite attachée à Katie, j’ai eu envie de la voir évoluer, de la voir avancer, de la voir s’ouvrir un peu plus, d’aller de l’avant tout simplement. Quant à Ethan, c’est vrai que je peux comprendre sa manière de voir les choses, de penser, au départ je me suis posé pas mal de questions à son sujet, mais il a réussi à me convaincre. Bien que je ne sois pas d’accord sur sa manière de procéder, je peux la comprendre, mais attention car c’est à double tranchants, le mensonge plus on y a recours, plus on s’y enfonce, et plus la vérité fera de dégâts.

Bien qu’ayant la suite sous la main, je préfère laisser passer deux trois jours avant de me lancer dans sa découverte, il faut que la pression retombe un peu de mon côté avant de pouvoir poursuivre. Bien qu’au départ je pensais enchaîner les deux tomes l’un à la suite de l’autre, mais je préfère laisser quelques jours entre les deux. Bon je suis peut-être étrange dans ma manière de faire, mais je pense vraiment que c’est mieux de ne pas enchaîner, du moins pour moi, ce ne sera peut-être pas votre cas et vous enchaînerez les deux sans soucis 😉

Merci à Mélanie et aux éditions Harlequin pour leur confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Un commentaire sur “Never Forget » Monica Murphy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *