Le fils de… mon boss » Laure Izabel

by

Editeur : Sharon Kena

Kindle : ICI

Il fallait que ça me tombe dessus maintenant, à trente-sept ans !

Toute une existence à vivre dans le conformisme imposé par feu ma Môman, et BAM ! Il suffit qu’il débarque avec son indolence, son sourire ravageur et son regard déstabilisant pour que j’en prenne plein la vue… et le cœur.

Je suis supposé réagir comment, moi ? Dois-je lutter ou enfin m’accepter ?

D’autant que ce rebelle n’est pas n’importe qui : c’est le fils de mon boss !

 

L’avis d’Alouqua

⭐⭐⭐⭐

Je vous ai déjà parlé de Laure Izabel avec d’autres de ses parutions : OPJ #1 dont je vous donnais mon avis il n’y a pas longtemps, ainsi que Caladrius dont mon avis est sur l’ancienne adresse du blog (si vous voulez le lien, je vous le rajouterai). Cette fois encore, j’ai apprécié la plume de l’auteure, bien que ce soit dans une histoire courte et rapide à lire (moins de 100 pages), j’y ai bien retrouvé son style qui m’avait plu. Ayant eu l’occasion de découvrir Le fils de… mon boss, je ne pouvais passer à côté. J’aurais fini par le lire, mais quand, voilà la bonne question.

Je ne vais pas vous donner trop de détails, c’est une histoire courte, donc je partirais trop vite dans le spoiler. je vais donc vous en dévoiler le moins possible.

Louka, homosexuel refoulé, suite à l’éducation très stricte de sa mère, il a enfoui au fond de lui la personne qu’il est vraiment. Cela dit, il le vit plus ou moins bien jusqu’au jour où Ethan va faire une entrée fracassante dans sa vie. Ethan, c’est le fils de son boss, mais l’attirance peut-elle se faire museler par cette excuse ? Louka tente tant bien que mal de garder au fond de lui ses désirs, son attirance, son envie. Plus facile à dire qu’à  faire, et pourtant c’est ce qu’il doit faire ! Ethan est un jeune homme touchant, il assume pleinement son orientation sexuelle, le souci, c’est qu’il ne peut pas s’empêcher de faire des conneries, mais nous allons mettre ce point sur le fait de sa jeunesse.

Combien de fois n’ai-je pas eu envie de crier à Louka de se lacher, d’assumer cette attirance. Sa mère est morte, pas besoin de garder ses leçons de morale d’une autre époque. Merde ! A presque 40 ans on est capable d’assumer qui on est, non !!! En même temps, je peux aussi comprendre Louka, il a toujours vécu en refoulant son homosexualité bien loin au fond de lui, alors devant ce jeune homme qui assume qui il est, qui ne cache pas son attirance envers lui, sa frustration est au maximum. A un moment, il faudra bien lâcher la pression mon cher Louka !

Maintenant que j’ai lu cette parution de Laure Izabel, j’ai encore plus envie de découvrir celles que je n’ai pas encore lues. Je trouve que sa plume est carrément envoûtante, c’est un plaisir de la lire, de voler d’une page à l’autre sans louper un seul petit mot. Une plume que vous devriez découvrir si ce n’est pas encore fait !

Merci à Aurélie et aux éditions Sharon Kena pour leur confiance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *