Balle en jeu #2 – Amour majeur > Kate Stewart

by

— Lorsque je l’ai rencontrée, ce n’était pas glorieux… La pire nuit de ma vie. Un moment dont j’aimerais ne jamais me souvenir.

— C’était une nuit que je ne pourrais jamais oublier.

— J’avais juré de ne plus rien espérer des femmes. Le base-ball et ma carrière de coach étaient tout ce qui comptait.

— Je lui ai rappelé que ce n’était pas vrai.

— Elle était tout ce dont j’avais peur.

— Il était tout ce que j’ai toujours voulu.

— Elle était le feu – Un irrésistible bout de paradis venu du sud que je n’arrivais pas à éviter.

— Il était la fumée qui me troublait dans tous les sens possibles.

— Et le sexe…

— Mon Dieu, le sexe…

— Je suis tombé et elle me l’a fait payer chaque fois qu’elle le pouvait.

— J’avais fait une promesse que je comptais bien tenir.

— Et tu l’as tenue.

— Bien sûr que je l’ai tenue.

— Génial.

PARU LE 26 DÉCEMBRE 2017 AUX EDITIONS JUNO PUBLISHING

LIEN D'ACHAT - ICI


L’avis de Marlène – Note 4/5

Me voici pour vous parler du second tome de la saga [BALLE EN JEU] de Kate Stewart ! J’avais adoré le premier opus sur Rafe et Alice. Je m’étais énormément attachée à eux et j’avais hâte de découvrir Andy que l’on avait pas mal aperçu dans l’opus précédent. Dès les premières lignes, Kate Stewart annonce la couleur, ce roman s’annonce torride, drôle et touchant.

La première chose qui me vient à l’esprit en pensant à [AMOUR MAJEUR] c’est que Kate Stewart a un style bien à elle. J’adore toujours autant sa plume et son style. Elle est vraiment très drôle et nature. Ici vous allez vivre l’histoire d’April et Andy. Je vous préviens, ce ne sera pas de tout repos.

J’ai été séduite dès la rencontre de nos héros, car c’est ce qui fait toute leur histoire. C’est à partir de ce moment que la magie opère avec ce livre. Kate Stewart a l’art de mettre en scène ses personnages. Elle ne nous ménage pas et elle prend bien en compte que l’amour est un sentiment complexe et que nos propres histoires entre en jeu. Cette saga met en scène des personnages trentenaires qui ont déjà pas mal vécu, c’est ce que j’adore car cela rend le récit beaucoup plus vivant et vrai.

April a un passé sentimental assez mouvementé, elle traîne quinze ans de casserole et honnêtement, elle ne pense pas que l’amour soit fait pour elle. Mais April se conforte quand même dans l’idée qu’elle mérite d’être aimée, qu’elle mérite d’être l’univers de quelqu’un mais… elle doute que ce soit possible avec Andy… Ce Kent blond qu’elle garderait bien pour elle à vie ^^ April n’a jamais rencontré un homme comme Andy et elle sait que leur histoire n’a rien à voir avec ce qu’elle a pu vivre dans le passé… Mais voilà les obstacles ne vont cesser de se dresser sur leur chemin. A l’image d’Alice dans le premier tome, j’ai adoré April. Cette nana est géniale, elle est douce et sauvage à la fois, elle est généreuse et aimante. Elle adoré s’occuper de sa famille et de ses amis… Mais qui s’occupe d’elle ? April est adorable, c’est une véritable bombe à retardement car elle n’a pas sa langue dans sa poche. J’ai adoré son espièglerie, son côté bourru et sa façon d’être. C’est un sans faute du côé d’April !

Andy quant à lui s’avère être bien plus complexe que je n’avais cru ! Son histoire est hyper touchante et comme April je suis très vite tombée sous son charme mais… parce qu’il y a un mais… Je n’ai eu de cesse de râler contre lui et ses décisions. Mais c’est ce qui fait toute l’intrigue. Andy est un homme qui a souffert, qui souffre encore et qui se tourne à nouveau vers le base ball. Il ne veut plus sacrifier cette partie de sa vie pour quiconque. Le base ball c’est sa vie. C’est ce qu’il fait de mieux. Et avoir un poste d’entraîneur le motive au plus haut point mais s’il doit partir à des centaines de km d’April. Andy est un héros torturé imprévisible, il est un peu trop impulsif et j’ai eu l’impression qu’il ne savait vraiment pas ce qu’il voulait avec April ce qui a donné un côté cyclique à l’histoire mais rien de bien dérangeant. Un jeu du chat et de la souris un peu perturbant mais captivant !

L’intrigue ne se limite pas à la romance et aux joutes verbales de nos héros. Non, le fond de l’histoire est complexe, les émotions sont intenses et j’ai aimé vivre tout cela aux côtés de nos personnages. On retrouve d’ailleurs les protagonistes du premier opus avec une réelle continuité dans leurs histoires. Et ça c’est juste ce que je préfère car cela rend l’histoire hyper complète, ils évoluent tous et apprennent de leurs erreurs. Ici, les thèmes abordés sont assez nombreux, cela va de la confiance en soi, au deuil en passant par la reconstruction personnelle. Nos héros vont être mis à rude épreuve, face à leurs doutes, leurs peurs et leurs émotions. Kate Stewart rend ses romances exceptionnelles car on a l’impression de vivre aux côtés des personnages. Et le naturel de sa plume me plaît un peu plus à chaque fois.

Qui dit romance dit érotisme ? Et bien, oui et attention, April et Andy sont vraiment explosifs. J’ai aimé que l’auteure joue autour du côté sexuel de leur relation. J’entends par là que leur duo fonctionne extrêmement bien au lit, mais qu’ils ont plus de difficulté dans la vie de tous les jours, et c’était intéressant de les voir faire des concessions, de les voir se dépasser l’un pour l’autre au-delà de leur attirance physique. J’ai adoré le lien entre eux, la complicité et la façon dont ils se jouaient l’un de l’autre. Les relations où l’humour explose me plaisent émormément.

En bref, [AMOUR MAJEUR] est une suite que j’ai particulièrement appréciée pour les thèmes abordés, la personnalité singulières des personnages, l’humour à se tordre de rire et aussi pour la sexytude qui apporte la légèreté nécessaire pour équilibrer l’histoire. C’est une fois de plus une belle lecture et il me tarde de lire [LA VOIE DU COURAGE]. Si vous n’avez pas encore découvert la saga [BALLE EN JEU], je vous invite à le faire rapidement 🙂


Extrait 

-Si tu étais un sandwich McDonald, on t’appellerait McSuperbe.

J’éclatai de rire en regardant Andy qui arborait un grand sourire. Il semblait plutôt ravi de lui alors que je me mordais la lèvre.

Je remercie Valérie et les éditions Juno Publishing pour cette lecture. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *