Autoboyographie > Christina Lauren

by

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).

C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée.

Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

PARU LE 12 AVRIL AUX EDITIONS HUGO NEW WAY

LIEN D'ACHAT - ICI


L’avis de Marlène – Note ❤❤❤

Je ne rate jamais une occasion de lire un roman de Christina Lauren. En ce qui concerne [AUTOBOYOGRAPHIE], j’avais hâte de découvrir ce récit. La couverture est tout simplement sublime, c’était une évidence, ce roman était en tête de liste de mes lectures du mois de mai.

Dans ce roman new adult, les deux auteures abordent des thèmes très intéressants. Elles ont choisi de parler de religion et d’homosexualité. Quand j’ai découvert le résumé, j’étais déjà conquise par les thématiques et l’ébauche de l’histoire. Je dois avouer que ma connaissance en ce qui concerne la religion mormone était plus que limitée avant de découvrir ce livre. Et en parallèle je me suis donc documenté sur le sujet. J’ai trouvé que les auteures avaient vraiment réussir à éclairer ma lanterne à ce propos et mêlé à l’intrigue et la romance j’ai passé un moment super enrichissant et émouvant auprès de Tanner et Sebastian.

 Pour revenir un peu sur l’histoire, on va suivre Tanner qui a quitté la Californie pour l’Utah, autant vous dire que c’est un nouveau départ difficile pour lui, car avant il était libre d’aimer qui il voulait mais à Provo dans l’Utah, un état hyper conservateur, et bien ça ne sera pas la même chose. Tanner va devoir cacher qui il est, cela inclus bien évidemment ses préférences sexuelles. Car à Provo, voyez-vous ce serait mal vu d’afficher son homosexualité. La communauté mormone verrait ça d’un mauvais œil et cela risquerait de mettre à mal la famille de Tanner. Mais voilà, sa meilleure amie Autumn va lui lancer le défi de participer au Séminaire, un programme où les élèves ont quatre mois pour écrire un roman. Et c’est en débutant cette aventure qu’il va faire la rencontre de Sebastian qui a remporté le Séminaire l’année précédente. Tanner va donc voir Sebastian régulièrement étant donné qu’il est le tuteur du programme avec le professeur Fujita. Ce qui ne devait être qu’une attirance fulgurante va se transformer en amour ravageur… car Tanner le sait, jamais il ne pourra fréquenter Sebastian Brother, le fils d’un prêtre mormon. Arrivera-t-il au bout du projet ? Ecrire un roman en quatre mois est-il à la portée de tout le monde ? L’histoire de Tanner et Sebastian a-t-elle la moindre chance ?

Ce roman je l’ai savouré. J’ai pris le temps de lire chaque mot pour faire durer le plaisir. J’ai accroché dès les premières pages, j’étais terriblement intriguée par la religion mormone, par les tenants et les aboutissants d’une telle communauté. Je peux dire que ce roman m’a appris énormément de choses, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Mon coeur a battu très vite dès le début, dès la rencontre entre Tanner et Sebastian. J’ai senti ce lien, cette attirance secrète entre nos deux héros. J’ai eu l’impression de vivre leur histoire réellement tellement les deux auteures ont réussi à retransmettre toutes leurs émotions et les difficultés que leur relation engendre dans leur vies familiales et religieuses.

Cette romance met avant tout en avant la tolérance. Elle illustre à merveille les thèmes abordés par Christina et Lauren. Je dois dire que j’ai été par la profondeur du récit. Ce roman est porté par deux personnages fantastiques. D’un côté, il y a Tanner, un jeune homme qui assume sa bi-sexualité. Tanner a des parents formidables qui ne l’ont jamais mis de côté pour ses préférences sexuelles. Ils sont compréhensifs et très aimants. J’ai adoré la famille de Tanner, ils sont tous géniaux et j’ai aimé les conseils qu’ils ont prodigué à leur enfant. Tanner sait qui il est, il aime les filles mais ils aiment aussi les garçons. C’est comme ça, pour lui c’est simple, l’amour n’a pas de genre, il ne décide pas de qui il tombe amoureuse, fille ou garçon, cela importe peu, ce sont les sentiments naturels qui naissent entre une personne et une autre, qu’importe de quel sexe elle est. Tanner est un personnage très attachant, il a une vision assez tranchée en ce qui concerne les mormons. Et s’il se trompait ? S’il avait tout faux ? Ne devrait-il pas laisser une chance à Sebastian et sa famille ? Ce fut intéressant de le voir tomber amoureux de Sebastian, j’ai trouvé ça tellement adorable et mignon. Tanner est un sacré personnage, il est drôle et attentif. Il est un peu impulsif et souvent sa raison passe aux oubliettes mais on ne peut pas lui en tenir rigueur. Tanner a une évolution particulièrement captivante car il est passé par tout un tas d’émotions, il a dû passer au-dessus de ses préjugés pour vivre son idylle avec un mormon. Si Tanner a déjà sa propre identité il n’en reste pas moins quelqu’un qui a besoin de mûrir et de faire ses propres expériences. En bref, je me suis énormément attaché à Tanner même s’il méritait parfois qu’on le secoue un bon coup ^^ Sebastian est quant à lui un personnage bien plus complexe. Il est mormon, sa religion c’est presque son identité. Il vit pour son Eglise et sa famille. On le sent très investie dans cette facette de sa vie et je me suis vraiment demandé comment cela allait se terminer avec Tanner. Sebastian est un jeune homme qui se cherche, qui a du mal à discerner le bien et le mal, et pour cause, dans sa religion, l’homosexualité est tolérée du moment qu’elle n’est pas pratiquée… Oui, oui, tu peux être attiré par quelqu’un du même sexe mais sacrilège il faut faire taire ses sentiments pour rentrer dans le moule du parfait mormon. J’ai ressenti beaucoup de compassion envers Sebastian car il est tiraillé entre son amour pour Tanner et son amour pour Dieu… Un choix ô combien déchirant. C’est un véritable chemin de croix pour lui, c’est un parcours initiatique qui le conduira à découvrir qui il est. C’est un héros que j’ai adoré du début à la fin. Avec Tanner, ils ne sont pas parfaits, ils sont en plein apprentissage de la vie, ils chutent et se rattrapent, ils apprennent à se découvrir. Ce fut vraiment passionnant et très intense.

Vous allez rencontrer pas mal de personnages secondaires, à commencer par Autumn, la meilleure amie de Tanner. Et oui, c’est elle qui va le pousser à participer au Séminaire, quelque part, elle l’a mis sur le chemin de Sebastian. Autumn est une jeune femme attachante, un peu difficile à cerner parce qu’elle n’a pas le premier rôle et pourtant elle a une importance capitale dans la vie de Tanner. Grâce à son personnage on voit toute la dimension de son amitié avec Tanner, une amitié qui évolue aussi, qui a des ratés et des non-dits. J’ai aimé cette petite nana qui apprend énormément aux côtés de ses amis. Vous vibrerez avec nos héros dans leur quotidien de terminal, j’ai aimé suivre ces jeunes qui avaient tous quelque chose de particulier. On découvre aussi les parents de nos deux héros. Deux familles diamétralement opposée tant sur leur religion que sur leur relation avec leur enfant. J’ai aimé chacune des deux familles, elles avaient toutes les deux des points de vue à défendre et c’était enrichissant de découvrir leurs réactions au fil des pages. Là encore, les deux auteures mettent en relief des relations familiales qui trouvent leur équilibre différemment.

La romance m’a clairement charmée. Oui Tanner et Sebastian m’ont émue, ils m’ont touchée en plein cœur. Leur histoire d’amour naît dans un contexte très particulier, et j’ai ressenti leurs sentiments avec encore plus d’intensité. J’ai aimé le duo qu’ils formaient, leur manière de fonctionner et de travailler sur le manuscrit de Tanner. Cette histoire magnifique qui se dévoile sous nos yeux. Je suis tombée un peu amoureuse de leur amour. C’était tellement beau et unique. Tanner a un véritable coup de foudre qu’il identifie comme un crush physique, mais cela va bien au-delà. La dynamique de la romance m’a plu car elle était vraiment naturelle, parfois un peu maladroite et trop mignonne.

J’ai été ravie de retrouver la plume de Christina Lauren. C’est deux auteures que j’adore qui s’associe pour nous vendre du rêve. Avec [AUTOBOYOGRAPHIE], le lecteur se divertit mais il ouvre aussi son esprit à la réflexion. J’ai particulièrement aimé les thèmes abordés car ensemble cela a rendu le récit percutant. Le style des auteures propice à l’émotions m’a ouvert les yeux sur une religion que je ne connaissais que très peu. J’ai aimé en découvrir un aspect plus tangible et comprendre que dans certains états Américains et certaines religions la tolérance à ses limites. Ce roman m’a vraiment percuté, j’ai ressenti énormément d’émotions, j’ai eu souvent le cœur qui se serre, j’avais parfois envie de hurler et de me faire entendre. J’ai aimé la narration du point de vue de Tanner et le final qui nous offre une vue d’ensemble.  J’ai trouvé le scénario très intelligent et limpide, j’en ai d’ailleurs discuté avec ma fille de 13 ans qui était vraiment très intriguée par l’histoire. Christina Lauren nous livre là un de leur meilleur roman. Un de ceux que je ne vais jamais arrêter de conseiller car à mes yeux c’est une petite pépite.

En bref, [AUTOBOYOGRAPHIE] est un énorme coup de cœur pour moi. Je pense que j’ai tout aimé dans ce récit, les personnages, le fond profondément touchant et sérieux. Les plumes des deux auteures qui s’allient pour nous offrir un roman intelligent et plein d’émotions qui aborde des thématiques encore décriées et ce, avec beaucoup de douceur et de cohérence. Aucun doute possible, vous allez tombez amoureux avec ce roman. Amoureux du message de tolérance que le roman véhicule, mais aussi de Tanner et Sebastian qui ont su se nicher au fond de mon cœur.


Extraits 

Même si maman a de bonnes intentions, mes pensées concernant Sebastian sont un train lancé à toute vitesse. Le mécano est parti et le moteur est en feu. Mon attirance est impossible à maîtriser.


-La première fois que je t’ai vu…

J’ai à peine commencé qu’il acquiesce déjà, comme s’il savait exactement ce que j’allais dire.

-Oui.

Ma poitrine se contracte.

-Je n’avais jamais senti ça avant.

-Moi non plus.

Je me tourne vers lui, et c’est rapide. A un moment, il me regarde, et à la seconde suivante, sa bouche est sur la mienne, chaude, lisse, et c’est tellement bon. Oh, mon Dieu. Je lâche un son guttural que je n’arrive pas à contrôler. Il en fait un en retour, et le grognement se transforme en rire parce qu’il se détache de moi avec le sourire le plus grand que le ciel ait jamais vu, et puis il revient m’embrasser, encore, plus intensément, les mains sur ma nuque.

Il entrouvre la bouche et je sens sa langue hésiter contre la mienne.

La lumière éclate derrière mes paupières fermées, si forte que j’entends presque l’explosion. C’est mon cerveau qui fond, ou le monde qui prend fin, ou alors on a été atteints par une météorite et on m’offre un dernier moment parfait, avant le purgatoire pour moi, et un endroit bien plus élevé pour lui.

Ce n’est pas son premier baiser, je le sais. Mais c’est son premier vrai baiser.

Je remercie Marion et les éditions Hugo New Way pour cette lecture

3 Comments on Autoboyographie > Christina Lauren

  1. Amandine
    10 mai 2018 at 15 h 29 min (6 mois ago)

    Une histoire qui me rappelle un peu Moi, Simon 16 ans, homo sapiens. Je trouve ça génial que la littérature reflète de plus en plus la réalité et parle de sujets aussi importants et pourtant, encore tabou comme l’homosexualité.
    Et apparemment, avec un jolie plume enfin deux pour ne rien gâcher. La couverture elle aussi est très réussie.

    Répondre
    • MarleneEloradana
      10 mai 2018 at 17 h 58 min (6 mois ago)

      Oui j’avoue que tout m’a plu dans ce roman. Les sujets bien traités, les personnages vraiment attachants ! Je n’ai pas lu Simon 16 ans, homo sapiens mais j’en ai entendu que du bien.

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *