16 ways to break a heart > Lauren Strasnick

by

16 lettres. Une seule issue.

Natalie le sait, entre Dan et elle, c’est terminé. À force de disputes explosives, de non-dits jamais élucidés et d’un millier de petites choses jamais vraiment pardonnées, il ne reste plus rien de leur histoire passionnelle. Plus rien, ou presque. Car aujourd’hui est un jour spécial pour la carrière de jeune réalisateur de Dan, et Natalie lui a écrit seize lettres. Seize lettres dans lesquelles elle se révèle amoureuse, toujours, mais brisée. Et surtout déterminée à faire savoir à Dan à quel point il l’a blessée…

PARU LE 4 AVRIL 2018 AUX EDITIONS HARLEQUIN FRANCE

LIEN D'ACHAT - ICI


L’avis de Marlène – Note 3/5

Vous recherchez une lecture qui sort de l’ordinaire ? Un récit assez déroutant et pesant ? Alors n’hésitez plus ce roman est fait pour vous ! 

Lauren Strasnick nous livre là une histoire assez perturbante de par sa narration et son contenu. Vous allez découvrir l’idylle de Natalie et Dan au travers de seize lettres adressées à notre héros. L’addictivité est au rendez-vous c’est indéniable…

Mon avis va être assez court, tout simplement parce que le livre l’est et que finalement je n’ai pas grand chose à dire sur cette lecture. J’ai aimé l’originalité de l’histoire et sa forme, franchement l’auteure est douée pour brouiller les pistes et le lecteur ne sait finalement pas trop où il va avec ce récit mais quoi qu’il arrive il y va ! Bref, Natalie fait une rétrospective de son histoire avec Dan à l’aide de seize lettres… C’était assez fun de découvrir leur relation de cette manière. Jusqu’au bout, j’étais dans l’attente de découvrir le pot aux roses.

Mon avis est malgré cela assez mitigé parce que cette lecture m’a mise mal à l’aise et je me suis sentie mal en la lisant. Alors c’est peut-être une question d’état d’esprit, en ce moment ce n’est pas la grande forme et honnêtement ce roman est loin, très loin de faire rêver. Pourtant, il n’en reste pas moins intéressant dans l’ensemble. Autre bémol à mon niveau, j’ai détesté Natalie et Dan… mais genre vraiment détesté. Ils m’ont tous les deux déplu et leur relation toxique m’a plongé dans une spirale de malaise infernal. Je n’avais qu’une hâte, que cela se termine pour comprendre le pourquoi du comment.

Paradoxalement, j’ai trouvé que l’auteure nous proposait un récit hors du commun en mettant en lumière les différentes étapes de la relation amoureuse de nos héros. Elle nous démontre que l’amour peut être toxique, que les relations amoureuses ont des impacts sur nos amitiés et nos familles. Le cheminement de l’histoire n’est pas dénué d’intérêt, la preuve j’ai lu ce roman assez rapidement en sachant que chaque chapitre correspond à une lettre de Natalie.

En terminant ce livre je me suis posé énormément de question sur le bien fondé de cette histoire. Lauren Strasnick met en lumière la complexité des relations amoureuses. Ses personnages sont jeunes et inexpérimentés ce qui est assez intéressants car on les voit se débattre avec leurs sentiments.

Je suis néanmoins ravie d’avoir lu ce livre malgré l’étrangeté de la narration. Lauren Strasnick a vraiment un style particulier, j’ai plusieurs fois été déroutée par les éléments qui s’ajoutent à l’histoire, ce fut parfois un peu brouillon et cela a ajouté du trouble à ma lecture.

En bref, un roman étrange, original et addictif mais aussi anxiogène et malfaisant. Je ne regrette pas cette lecture mais j’avoue que je reste perplexe face à ce que j’ai ressenti en lisant ce livre. Je le recommande à tous ceux qui aiment les histoires hors du commun. Par contre, si vous voulez du rêve… passez votre chemin.


Extrait

J’étais clairement un petit ami de merde. Je m’efforçais de lui plaire, de la combler, de l’impressionner… Sans jamais vraiment y parvenir. Mais comment satisfaire quelqu’un comme Natalie ? Elle est légère, sans l’être. Chaleureuse et distante. Vulnérable, toujours en demande d’attention, et pourtant renfermée et secrète. Ce n’est pas une fille, mais une énigme. Une équation sexy, terrifiante, changeante, brouillon et impénétrable, que j’ai décidé de ne plus chercher à résoudre.

J’entrouvre à nouveau le four, et observe la pile de lettres d’un oeil méfiant. J’ose, ou pas ? Dois-je me risquer à ouvrir la boîte de Pandore, et lire ses autres lettres ?

Il est certain que je me passerais bien de ce moment de ridicule, de reproches, de honte et de culpabilité. Mais l’occasion d’entrevoir enfin sa vision des choses est trop belle. Et puis, je suis curieux. Il faut que je sache : est-elle au courant ? A-t-elle découvert la vérité, dans toute sa confusion et son horreur ?

Je ne sais même pas ce que j’espère le plus.

Je remercie Mélanie et les éditions Harlequin pour cette lecture. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *