J’ai égaré la lune > Erwan Ji

by

Quand j’étais petite, j’imaginais ma vie à vingt ans. J’irais à la fac à New York, je partagerais une petite chambre avec une coloc râleuse, et mon copain m’appellerait “chérie”.

Je viens d’avoir vingt ans. Je vais à la fac à Tokyo, je partage une grande maison avec six colocs géniaux, et ma copine m’appelle “ma petite otarie”.

Alors oui, je suis peut-être pas très forte en imagination de vie. Mais tu sais quoi ? C’est pas grave. La vie, c’est comme une blague. C’est plus rigolo quand t’as pas deviné la fin.

PARU LE 15 MARS 2018 AUX EDITIONS NATHAN

LIEN D'ACHAT - ICI


L’avis de Marlène – Note 4/5

Ce roman, c’est sa couverture qui m’a attiré. J’ai choisi de le lire sans avoir lu au préalable [J’ai avalé un arc-en-ciel] et honnêtement cela n’a pas gêné ma lecture. J’ai juste fait connaissance avec Capucine avec ce roman, forcément je n’ai pas pu comparer son évolution mais je n’ai pas ressenti de manque pour comprendre et apprécier notre héroïne qui est somme toute particulière.

Le résumé m’a énormément plu et cela a suffit à me convaincre que cette lecture pourrait me plaire et ce fut le cas. Erwan Ji nous invite au voyage avec [J’ai égaré la lune], j’ai aimé cette histoire pour tout ce qu’elle apporte au lecteur et plus particulièrement aux jeunes adultes qui se reconnaîtront sans doute beaucoup dans les personnages de ce livre.

On a tous plus ou moins fait des projets, on s’est tous dit un jour « Je serais ci… ou je ferais ça… » Et puis on se rend compte finalement que l’on évolue, que l’on suit sa propre destinée et ses propres chemins. Parfois, pour X raisons on dévie totalement de ce que l’on s’était imaginé et c’est finalement enrichissant de voir le chemin parcouru. Et bien Erwan Ji suit exactement cette logique avec son héroïne Capucine. J’ai aimé cette héroïne car honnêtement elle n’est pas parfaite, elle a des côtés agaçants et en même je n’ai pas pu m’empêcher de l’aimer car elle a suivi sa route en s’écoutant. Elle a compris qu’elle avait le droit à l’erreur, que certaines choses ne sont pas compartimentées comme l’amitié, l’amour et les rêves que l’on a.

J’ai particulièrement aimé découvrir Tokyo au travers de ces pages. L’ambiance propice à l’évasion m’a sorti de mon cocon habituel. Il faut dire que les personnages qui évoluent dans ce livre sont hauts en couleur. Capucine a énormément de chance, elle est entourée par des personnes qui l’apprécient pour ce qu’elle est et non pas pour ce qu’elle devrait être. Notre héroïne a une bande d’amis assez cocasse, j’ai aimé qu’ils se distinguent tous et qu’ils s’apportent énormément à chacun. Capucine a vraiment trouvé des personnes avec qui elle peut être qui elle veut. Erwan Ji met bien l’accent sur la construction personnelle, sur tous les plans, que ce soit l’avenir, l’amitié ou les relations amoureuses.

Ce roman arrive totalement à se démarquer de ce qui se fait dans le genre. Il faut dire que Erwan Ji a une plume assez particulière, assez imagée et un peu lyrique. Chaque lecteur y trouvera son compte car les thèmes sont abordés au sens large même si ils sont orchestrés au travers de l’histoire de Capucine. Ce roman recèle énormément de surprises et d’émotion. On y aborde les relations à distance. Je me suis toujours demandé si j’aurais supporté de vivre loin de l’être aimé. Comment conserver le lien en étant si loin l’un de l’autre ? Est-ce facile ? La confiance étant bien entendu indispensable, j’ai aimé la tournure que l’histoire a pris. Ce livre a une véritable moralité et amorce beaucoup de question chez le lecteur. Chez les jeunes lecteurs, je suis persuadée que ça leur donnera des pistes pour vivre une vie plus sereine sans jamais vouloir se mettre dans une case bien définie.

Je me suis finalement laissée porter jusqu’à la fin en gardant le sourire et en prenant toutes les bonnes ondes que l’auteur nous transmet dans cette histoire. Le roman a aussi un côté assez sérieux et touchant car nos personnages font tout simplement l’apprentissage de la vie et parfois il y a des petits couacs qui surviennent.

En bref, un roman qui m’a surpris pour son côté poétique et lyrique. Je me suis vite attachée à Capucine malgré ses nombreux défauts et à toute sa bande d’amis. J’ai particulièrement aimé les thèmes abordés et la morale qui se dégage de l’histoire. Vous voyagerez jusqu’à Tokyo pour vivre une tranche de vie d’une bande de jeunes adultes qui ne demandent qu’à trouver leur place dans ce vaste monde. Une lecture qui conviendra aux jeunes lecteurs mais pas que…

Je remercie Samia et les éditions Nathan pour cette lecture. 

1 Comment on J’ai égaré la lune > Erwan Ji

  1. She reads a book
    22 avril 2018 at 13 h 29 min (20 heures ago)

    Très tentée par cette lecture, et encore plus à force de le voir sur les réseaux sociaux 😉 La couv est magnifique !!

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *