Goran > Emma Landas

Charlie n’est pas rêveuse, mais déterminée, ça, oui. Issue des mauvais quartiers de Chicago et d’une famille tout aussi peu reluisante, elle compte bien s’offrir un avenir meilleur.

Les hommes sont accessoires, son expérience l’a convaincue de ne pas compter sur eux.

Elle ne connaît que les bad boys et a fini par se convaincre que le romantisme et l’amour ce n’est pas pour elle.

Mais voilà, il y a ce type qui vient chanter un soir dans le bar où elle travaille, et qui ne la traite pas comme les autres. Difficile de ne pas craquer.

Comment pourrait-elle imaginer que ce beau brun à l’accent français et aux origines slaves a prévu de s’engager dans un tout autre genre d’amour ?

PARU LE 9 MARS 2018 AUX EDITIONS BLACK INK

LIEN D'ACHAT - ICI


L’avis de Marlène – Note ❤❤❤

Il y a des avis plus difficiles à écrire que d’autres. [GORAN] est le second roman d’Emma Landas que je lis. La tonalité de ce roman est totalement différente de  [CHIRURGICALEMENT VÔTRE], ici vous allez être emportés par un raz de marée… J’ai eu un joli coup de cœur pour Charlie et Goran.

Le titre ne pouvait pas être plus explicite, il est tout simplement parfait. [GORAN] c’est le prénom de notre héros avec un grand H ! Il porte l’histoire sur ses épaules, c’est un personnage torturé et solaire. J’ai été éblouie par la dualité de son personnage. Comment peut-il insuffler de l’espoir partout où il passe ? Qui est cet homme qui s’exprime avec un langage un peu désuet ? 

Charlie, notre héroïne n’a qu’un seule rêve dans la vie… Partir loin des bas fonds de Chicago. Elle subit sa vie, elle a une sacrée force de caractère, elle est totalement badass. Elle n’a pas le choix, pour survivre elle a dû s’intégrer dans un milieu pauvre où règne tout ce qu’il y a de pire dans l’humanité. Elle subvient seule aux besoins de son père et ses frères mais Charlie est déterminée à tailler la route. Elle connaît les hommes et ce n’est pas de l’amour qu’elle attend d’eux, non elle n’y croit plus mais un soir pas fait comme un autre elle rencontre GORAN, ce beau brun à l’accent français et aux origines slaves. Il est tellement différent qu’elle n’arrive pas à rester insensible à son charme. Pourtant Charlie ne devrait pas se départir de son objectif même si elle sent qu’elle pourrait craquer pour cet homme singulier. Mais qu’a-t-il à offrir ? Charlie devra livrer bien des batailles avant de s’accorder les faveurs de l’amour.

J’ai terminé ce roman il y a quelques jours et j’ai été soufflée par la puissance de l’histoire. Je suis restée complètement bouleversée par l’histoire de Goran mais aussi par la destinée de Charlie. Emma Landas nous livre là une histoire très spirituelle, elle va vous pousser à ressentir énormément d’émotions. Je cherche bien mes mots pour vous parler de ce roman car je ne peux rien vous dévoiler. C’est dur quand on a un coup de cœur pour un roman mais que l’on est obligé de museler son enthousiasme…

La force de ce roman réside dans la particularité de nos deux héros. Charlie et Goran sont vraiment deux opposés qui s’attirent, mais cela ne fait pas tout. Dans la vie, il y a des moments où l’on ne peut pas se laisser guider par ses désirs. Et ça, Charlie le sait bien, et surtout elle a beaucoup à perdre. Notre Charlie est une acharnée du travail, elle cumule deux jobs pour se barrer au plus vite du trou à rat où elle vit. Et c’est au bar que sa vie va basculer, sa rencontre avec Goran va totalement retourner son univers. Dès la première chanson qu’il va chanter, elle sait qu’elle est foutue. Il lui insuffle de l’espoir, du réconfort et elle ne peut plus se sortir cet homme de la tête. Ils vont être amenés à se croiser comme si le destin voulait vraiment les réunir, et peut-être que c’était écrit, qui sait… Bref, Charlie c’est une nana totalement borderline, ne cherchez pas la douceur avec elle, elle s’est forgé dans la douleur et elle a adopté une attitude assez rentre dedans. J’ai aimé son tempérament explosif, elle assume ses origines et elle en fait une force pour se sortir de la merde. Charlie est une battante, c’est vraiment une nana admirable malgré son côté imprévisible et un peu mal poli. Je l’ai trouvé très touchante, j’ai vraiment été remuée par son histoire et son quotidien. Goran quant à lui est tout simplement merveilleux. Mais comment rendre hommage à Goran ? Franchement je ne sais pas, c’est un personnage unique. Emma Landas a su lui donner vie au travers des pages de ce roman. Goran n’est pas un personnage fictif à mes yeux, c’est un homme à part entière avec ses forces et ses faiblesses. Vous allez découvrir son histoire et forcément vous allez être touché à un point que vous n’imaginez même pas. Son parcours est déchirant et je ne peux que féliciter l’homme qu’il est devenu. Goran est un homme complexe et tourmenté. Il n’a jamais cessé de chercher des réponses quant à sa destinée. C’est un homme qui est voué à son prochain. Je me suis tellement attachée à lui, c’est incroyable. Son personnage est exceptionnel car Emma Landas a su équilibrer sa personnalité avec son vécu. D’un côté on perçoit la souffrance et d’un autre on ne voit que la lumière et l’espoir. Goran est une sorte de prisme tellement il a de facettes. Ce fut facile de tomber sous son charme, mais ce n’est pas sa belle gueule qui trouvera le chemin de votre cœur ! Bon qu’on se le dise, malgré tout son physique est un bonus nos négligeable, mais Goran est tellement plus que cet homme au charme ravageur. C’est une vraie perle. 

L’univers dans lequel on évolue est très sombre. La violence et la pauvreté sont légion dans cette histoire. Vous allez rencontrer des personnages issus de milieu défavorisé, d’autres qui trempent dans toutes sortes de business illégaux. Le contexte est extrêmement bien géré, direction les mauvais quartiers de Chicago, on s’imprègne directement de l’univers de l’auteure. Je dois dire que j’aime ce genre de récit qui nous tire vers le haut. Le scénario met en lumière la gravité de la situation de nos héros, on compose avec leurs blessures, on espère et on avance à leurs côtés. Emma Landas n’y va par quatre chemin avec ce roman, elle nous rentre dedans. Elle nous met face à des injustices qui ne manqueront pas de vous mettre hors de vous. Elle met en lumière des thèmes déchirants que je ne peux évoquer de peur de vous spoiler. Vous allez très vite comprendre que ce roman va percuter de plein fouet car au-delà du divertissement il y a de véritables prises de conscience.

Cette romance se base sur des existences particulières. Emma Landas a réussi à faire naître une histoire dans un contexte très particulier que ce soit du côté de Charlie comme du côté de Goran. Elle défend des causes qui lui sont chères, elle les insère dans son récit de manière à vraiment transmettre un message aux lecteurs. On reconnaît bien la plume de l’auteure, son franc parlé et ce petit quelque chose qui la caractérise. Elle s’investie dans de nobles causes, et je ne peux qu’applaudir cela. Cette romance ne ressemble à aucune autre. J’ai adoré le dénouement de l’histoire, si sensible et imprévisible. Si intense et déchirant. Cette histoire d’amour m’a touché en plein cœur, Emma Landas a su capturer l’essence même de l’amour et le magnifier avec des personnages qui n’avaient pas le profil pour s’aimer et être aimé. Il y a un véritable cheminement, avec des questionnements pertinents. La psychologie est assez poussée du côté de Goran, j’ai trouvé son introspection fascinante et en même temps tellement complexe. Ce n’est pas un héros lambda, vous verrez.

L’intrigue est pleine de suspense. On peut dire qu’Emma Landas a su mener son histoire avec des rebondissements qui font avancer l’histoire d’amour et la destinée de nos personnages. On apprend beaucoup aux côtés de Charlie et Goran. Je vous avoue qu’en terminant le roman je porte un œil différent sur certaines choses. J’ai capté tous les messages que l’auteure dissimulait sournoisement dans son récit. Elle a aussi choisi de nous offrir une histoire d’amour non édulcorée avec des sentiments vifs et touchants. L’amour avec un grand A ! Et oui tout est grand dans ce roman. Elle a vraiment tout misé sur les émotions, ce qui rend la romance nettement plus addictives car on rêve avec du concret.

En bref, ce roman fut une très belle surprise. Je m’attendais à un certain niveau avec Emma Landas et je ne m’étais pas trompé. [GORAN] c’est le genre de roman qui nous prouve que la romance a de beaux jours devant elle. Préparez-vous à découvrir une histoire pleine de sensibilité au travers des pages de ce roman. Emma Landas propose une fois de plus un récit très touchant, percutant et en même temps vivifiant. Elle met en lumière des thèmes et des causes qui lui sont chers, elle arrive à faire naître des émotions d’une intensité rare grâce à ses personnages singuliers et uniques. Ce fut un vrai plaisir de retrouver son style incisif avec ce roman qui aura su m’ouvrir les yeux sur bien des choses. J’ai adoré qu’elle se livre à nous dans les remerciements. Une chose est sûre, je serais au rendez-vous pour son prochain roman ! D’ailleurs, c’est pour quand ? Parce que je suis impatiente ^^


Extrait 

La lumière de la salle se tamise, laissant une simple poursuite sur Goran qui commence à gratter sa guitare, seul instrument l’accompagnant.

Dès les premiers accords, je reconnais un morceau d’Aérosmith, Dream on.

Et puis elle arrive… Je ne pense pas pouvoir un jour oublier cette première fois où je l’ai entendu. Ces quelques notes qu’elle a émises. Ces premiers mots qu’elle a prononcés.

La voix de Goran rejoint la guitare et s’accroche à moi pour ne plus s’en détacher.

Seigneur ! À peine a t’il soufflé les premiers mots de la chanson que je sens chaque poil qui me recouvre s’hérisser. Je jette machinalement sur le comptoir du bar le torchon que Sarah m’a abandonné, et je me rapproche de la scène, comme attirée par la mélodie de cette voix qui ne cesse de monter en puissance.

Je connais la chanson par cœur, et pourtant, j’ai l’impression de l’entendre pour la première fois, tant ce que j’en éprouve est une nouveauté. Je ne sais si ce sont les paroles que Goran chante ou si c’est simplement sa voix qui me trouble tant. Sûrement un peu des deux.

C’est comme s’il parvenait à toucher mon âme, non, il y parvient. Comme si cette voix était la chose qui manquait à mon cœur pour le faire battre sans douleur. Comme si ces mots avaient été écrits pour moi et répondaient aux questions et aux doutes qui m’habitent.

Une chanson qui me soutient que le passé a disparu. Que comme tous, je ne sais d’où je viens ni où je vais. Que je dois d’abord perdre pour apprendre à gagner. J’ai déjà tellement perdu et je veux encore tellement perdre…

 » Continue de rêver. Rêve jusqu’à ce que tes rêves se réalisent. « 

Aucune pensée ne vient alors parasiter ce que je perçois comme étant un sermon, une ode à la vie. Une ode à ma vie. Un espoir, une conviction, qui me remplissent autant qu’ils m’émeuvent. Je ne perçois rien de plus que ce que mes sens me renvoient. Un trouble indéfinissable qui n’est ni de la peine ni de la joie, ni de la souffrance ni du bien-être.

Pourtant, lorsque Goran termine la chanson, je ne peux retenir une larme. Le lien si particulier qui s’est installé entre cette chanson, cette voix et moi, se brise au moment où les applaudissements et les sifflements retentissent et que la lumière se rallume dans le bar.

Je suis encore toute chamboulée et n’ai toujours pas bougé d’un iota lorsque Goran descend de scène et arrive à ma hauteur. Tout ce que je parviens à lui dire, dans un murmure à peine audible, résume assez bien à quel point je suis encore secouée.

— Bordel de merde, c’était quoi ça ?

Goran éclate de rire et m’adresse un regard surpris et accusateur à la fois, face à ma vulgarité légendaire. Il passe sa main dans ses cheveux et l’y laisse un temps. Si je n’étais pas encore pétrifiée, voilà un geste que je « rêverais » de faire moi-même !

— Ça veut dire que vous avez aimé ? me demande-t-il finalement, une humilité surprenante dans la voix.

— Si j’ai aimé ? Nom de Dieu ! C’était… Wow !

Il rit alors encore plus fort, détournant sa tête qu’il secoue, le regard au loin et les mains sur les hanches. Pour ma part, je ne sais pas ce qui peut prêter autant à rire dans ce que je lui ai dit, mais je n’irai pas m’en plaindre. Il a un sourire… Nom de Dieu, de Dieu ! À présent, c’est ma langue que j’ai envie de coller dans ses magnifiques fossettes.

— Alors si c’était « Wow », ça veut dire que j’ai réussi ma mission. Je vous souhaite de passer une bonne nuit, Charlie. Et n’oubliez pas de rêver.

Je remercie Emma Landas pour cette lecture. 
RETROUVEZ MON AVIS SUR SON AUTRE ROMAN

CHIRURGICALEMENT VÔTRE

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *