Premières lignes #16

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui je vous propose les premières lignes du roman [DEVIOUS] de L.J Shen à paraître le 4 avril aux éditions HARLEQUIN FRANCE.


Jusqu’où ira-t-il pour obtenir une seconde chance ?

Devious. Un nom synonyme de danger, de désir, de décadence. Le nom de celui qui lui a brisé le cœur. Rosie n’avait que dix-huit ans lorsque Devious l’a trompée avec sa sœur. Cette expérience l’a détruite, et elle s’est juré de ne plus jamais avoir affaire à lui. Mais voilà que, dix ans plus tard, Devious revient dans sa vie, encore plus sexy et surtout plus déterminé que dans ses souvenirs. Car, s’il est revenu, c’est pour une raison bien précise : obtenir une deuxième chance. Et Rosie sait qu’avec Devious la fuite n’est pas une option ; alors il ne lui reste qu’une seule solution : faire face au démon de son passé.


*PREMIÈRES LIGNES*

PROLOGUE

ROSIE

Je ferais sans doute mieux de clarifier une chose dès le début. Mon histoire ne se termine pas bien. Elle ne peut pas bien se terminer. Peu importe à quel point mon prince charmant est grand, riche et fascinant.

Le pire, c’est que mon prince charmant était vraiment toutes ces choses. Il était tout ça et bien plus encore.

Le seul souci, c’était qu’il n’était pas vraiment à moi. Il était à ma sœur. Mais, avant de me juger, laissez-moi vous expliquer.

Je l’ai vu en premier. Je l’ai désiré en premier. Je l’ai aimé en premier.

Sauf que tout ça n’a plus eu aucune importance lorsque Dean « Devious » Cole posa ses lèvres sur celles de ma sœur, sous mes yeux, le jour où Vicious força son casier.

Le truc à propos de ce genre de moments, c’est qu’on ne sait jamais s’ils marquent le début ou la fin. Le cours de la vie cesse et on est obligés de voir la réalité en face. La réalité craint, croyez-moi. Je suis bien placée pour le savoir.

« La vie est injuste. »

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Un commentaire sur “Premières lignes #16

  1. Ping : Homepage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *