Romans

Mémoire espionne du coeur » Frédéric Ferney

Editeur : BakerStreet

Livre : ICI

Nous avons tous rêvé de rencontrer un écrivain aimé, de lui parler ou de lui écrire, voire d’entrer dans sa confidence. Frédéric Ferney, lui, pousse l’audace un peu plus loin, en allant à la rencontre d’auteurs disparus. Mais un écrivain qu’on aime, disparaît-il jamais ? Partant du principe que ces artistes – leur esprit, leur humour, leur univers – nous accompagnent en permanence, Ferney a conçu un série de rencontres imaginaires dans lesquelles il dialogue avec – ou fait dialoguer entre eux – de grandes figures des arts, des lettres et de l’histoire, de la Renaissance à nos jours. Cela donne, sous sa plume tempétueuse et passablement insolente, une correspondance au vitriol entre Baudelaire et Sainte-Beuve, des lettres des plus provocatrices entre Marguerite Duras et Marguerite Yourcenar, mais aussi des échanges affectueux, inattendus ou cocasses, entre Debussy et Toulouse-Lautrec, Jean Cocteau et Edith Piaf, Andy Warhol et Françoise Sagan, Fabrice Luchini et Céline…

Dans un carnaval d’inventivité tour à tour corrosif, songeur et tendre, Frédéric Ferney rend hommage à quelques génies qui ont illuminé nos vies, et qui continuent à cheminer, toujours aussi vivants, à nos côtés. Pour paraphraser Apollinaire : « Les jours s’en vont, ils demeurent. »

 

L’avis d’Alouqua

????

Dire que ce livre est étrange ? C’est peu dire !

Dire que je l’aurais acheté si je l’avais croisé en librairie ? Pas forcément !

Vous prenez des personnages célèbres, vous les faite se rencontrer, ils ne sont pas de la même époque donc impossible qu’ils puissent se croiser dans le réel, et pourtant, l’auteur l’a fait, et cela nous donne ce livre qui chamboule tout. Certains d’entre eux n’y vont pas de main morte envers leurs interlocuteurs, et cela m’a donné quelques sueurs froides mais également quelques fous rires en tentant de les imaginer assis en face de moi.

Pour aborder ce livre, il ne faut surtout pas y chercher un réel but, il n’y a pas de point de départ ni d’arrivée, il se lit dans le sens que l’on veut, comme un recueil de nouvelles. Mais il va vous falloir une bonne dose d’humour, parfois un peu noir et à prendre au 5ème degré. Pourtant le résultat final est, certes étrange et inédit, mais intéressant à découvrir. Pour ce point, je suis d’ailleurs ravie de l’avoir reçu en service presse, car j’aurais pû passer à côté sans m’arrêter, et cela aurait été franchement dommage.

C’est le genre de livre qui passe ou qui casse, on aime ou on n’aime pas, c’est l’un ou l’autre. L’auteur a son style bien à lui, et franchement reconnaissable, si je dois lire un autre livre de lui, je suis certaine de le reconnaître. Quand au fil conducteur, n’en cherchez pas, vous ne trouverez pas, mais je dis bravo pour une telle imagination en tout cas 🙂

Merci à Cynthia et aux éditions BakerStreet pour leur confiance.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *