Roman historique

La dame de Kyoto » Eric Le Nabour

Editeur : Charleston

Livre : ICI

Kyoto, 1904

Depuis l’assassinat de ses parents, riches industriels de la soie, Myako Matsuka subit la tutelle de son frère Naoki. Lorsque celui-ci part pour le front de la guerre russo-japonaise, elle doit gérer seule l’entreprise familiale. Myako
découvre alors avec horreur les conditions de travail des ouvrières et n’hésite pas à transgresser les consignes de son frère, révélant un tempérament fier et indépendant. Mais l’amour trouble qu’elle porte à un diplomate anglais, Allan Pearson, de même que l’intrusion dans sa vie d’un jeune Français passionné d’estampes, Martin Fallières, vont brouiller les cartes. Torturée par le mystère de la mort de ses parents, déchirée entre ses instincts amoureux, ses responsabilités professionnelles et la fidélité qu’elle doit à sa famille, Myako va devoir choisir. Des choix douloureux qui feront éclater une vérité non moins tragique sur son passé et orienteront son avenir dans un sens bien différent de celui qu’elle envisageait.

L’avis d’Alouqua

????

Dépaysement total et direction le Japon, pays que j’aimerais un jour pouvoir visiter 🙂

Myako est une jeune femme à laquelle je me suis très vite attachée, elle va devoir faire face à tellement d’épreuves dans ce monde où la gente masculine a prit le pouvoir, en tant que femme je peux vous dire que ce n’est pas gagné d’avance. Alors on a envie de la soutenir, de carrément entrer dans le livre et l’aider, l’épauler. Lorsque même votre entourage proche vous cache des choses, il n’est pas forcément simple de trouver sa place. Et pourtant, Myako va faire preuve de courage et de persévérance, elle ne veut pas entrer dans le moule des femmes soumises, et c’est un parcours semé d’embûches qui se dresse devant elle.

Une des forces de ce roman, c’est son décor. L’auteur n’étant pas avare de descriptions, j’avais l’impression de pouvoir sentir les cerisiers en fleurs, ou encore de carrémént goûter à leur cuisine. Bon ok on est au début du XXème siècle, mais quand même, cela donne franchement envie de prendre un billet d’avion direction le Japon.

Un autre point fort, ce sont certains des personnages, dont Myako à laquelle je me suis rapidement attachée, pourtant j’avais parfois envie de la secouer car elle se laisse un peu aveugler par les sentiments qu’elle éprouve pour Allan, un diplomate anglais réellement détestable. Eric le Nabour nous donne cette impression que nous connaissons chacun des protagonistes rencontré, ils semblent tellement réels grâce à ses descriptions physiques et psychologiques bien travaillées, que cela en est parfois perturbant.

En refermant ce livre, on ne peut qu’avoir une pensée pour le parcours de Myako, cette jeune femme qui va tout faire pour survivre dans un monde d’hommes, de secrets, mais qui quelque part est parfois trop naïve, ou ne veut pas voir qui se trouve vraiment en face d’elle.

C’est grâce à ce livre que je découvre l’auteur, qui pourtant possède déjà une belle bibiographie, j’ai parcouru plusieurs résumés, et je peux vous certifier que je vous reparlerai de lui sur le blog 🙂

Merci aux éditions Charleston pour leur confiance.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *