La véritable histoire de Simon, héros de la mer de Chine » Clément Masson &‎ Jean-Michel Derex

by

Editeur : Pierre de Taillac

Livre : ICI

Je n’étais qu’un pauvre chat affamé, errant sur les quais de Hong Kong, lorsqu’un jeune matelot anglais me trouva. Amusé par mon comportement taquin, il m’emporta sur son bateau. A mon arrivée, le commandant n’était pas d’accord pour me garder, mais il changea vite d’avis lorsqu’il me vit partir à la chasse aux rats qui peuplaient la coque. Un vrai terrain de jeu pour moi ! Je voguai dès lors sur le HMS Amethyst en compagnie de mes nouveaux amis, m’amusant à leur jouer quelques tours, et j’avais la belle vie. Jusqu’à ce que le bateau se fasse attaquer par des révolutionnaires chinois sur le fleuve Yang Tsé, et que nous devions lutter pour survivre.

 

L’avis d’Alouqua

🌟🌟🌟🌟🌟

Tout comme pour l’histoire de Rintintin dont je vous ai déjà parlé sur le blog, c’est avec un très grand plaisir que je me suis plongée dans celle de Simon.

Simon, c’est un chat errant pour qui la rencontre avec un matelot va tout changer.

Mais le souci, c’est que le résumé en dit déjà bien assez, je ne vais donc pas m’étendre sur l’histoire en elle-même, mais plutôt sur tout ce qui tourne autour.

Première chose, les illustrations, elles sont simplement superbes, le choix des couleurs est en accord avec l’histoire, nous ne sommes pas dans des tons tapent à l’oeil, mais bien dans des nuances plus foncées, qui je trouve vont parfaitement avec le contenu de l’histoire de Simon. Deuxième chose, le récit en lui-même, c’est Simon qui nous raconte son aventure, et non le narrateur, ce qui donne plus d’intensité et de profondeur. Troisième chose, après l’histoire en elle-même, nous faisons connaissance avec le véritable Simon, et là … eh bien il a fallu que je verse une larme. Mais l’auteur nous parle également d’autres chats héros, le rôle qui fût le leur.

C’est vrai que Simon fût un élément indispensable, sans lui tout aurait été différent pour les survivants du HMS Amethyst, on peut dire qu’il a eu une bonne étoile qui veillait sur lui, mais qu’il était lui-même la bonne étoile des matelots.

J’espère que Jean-Michel Derex va continuer de nous faire connaître tout ces animaux qui ont fait l’histoire, tout ces héros à qui l’on ne pense pas forcément lorsque l’on parle de certains événements, mais pourtant sans qui tellement de choses seraient différentes.

Tout comme pour Rintintin précédemment, mon fils n’a pas résisté à me chiper le livre dès qu’il a vu que je l’avais terminé, je sais déjà que je ne le récupérerai pas, il va le garder. Mais je sais qu’il va le lire et le relire, alors ce n’est pas plus mal.

Merci à Angélique, et aux éditions Pierre de Taillac pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *