A la poursuite du soleil > Karina Halle

Après un voyage de six mois à travers le monde, Amber, qui n’a plus de quoi se payer un billet retour vers la Californie, fait une halte à Positano, puis à Capri sur la côte Almafitaine, où elle va croiser la route d’un bad boy, en mode Latin lover.

Il est temps pour Amber MacLean – 24 ans – de prendre les bonnes décisions. Après six mois de voyage- sac à dos à travers la Nouvelle Zélande, l’Australie et l’Asie du Sud-Est, la voici en Méditerranée, fauchée, sans même avoir de quoi payer un billet retour pour la Californie. Il y a pire dans la vie que de se retrouver coincé en Italie du sud, au bord d’un littoral magnifique. Malheureusement, le seul travail qu’Amber trouve consiste à enseigner l’anglais à deux morveux.

Et ce qui ne lui facilite pas la tâche, c’est que les deux enfants sont sous la garde de leur ténébreux grand frère, l’ancien pilote de moto Desiderio Larosa. Sexy et mystérieux, Derio ne cesse de tester la patience d’Amber – sans parler de ses hormones.

Une fois devenue nounou à plein temps dans la vieille villa, la jeune fille se sent de plus en plus attirée par ce solitaire énigmatique. La voilà bientôt tiraillée entre une vie tranquille et sécurisante aux Etats-Unis et les mystères du coeur si secret de Derio.

Sous le soleil de Capri, la passion va crescendo. Mais Amber parviendra-t-elle à percer le mystère de Derio, son ténébreux italien ?

Paru le 18 janvier 2018 aux éditions HUGO NEW ROMANCE.


L’avis de Marlène – Note 3,5/5

Malgré mon avis mitigé sur [Entre ciel et mer…], j’avais tout de même envie de découvrir l’histoire d’Amber. J’avais aussi très envie de partir à la découverte de l’Italie au travers de cette romance. Je peux affirmer que j’ai passé un agréable moment avec Amber et Desiderio malgré quelques bémols.

On retrouve Amber qui parcours le monde à la recherche d’elle-même. C’est un peu l’histoire de sa vie, elle ne se sent bien que lorsqu’elle voyage, loin de ses parents qui aimeraient qu’elle se pose une bonne fois pour toute. Mais Amber n’a pas encore trouvé de sens à sa vie et ce n’est certainement pas sous la coupe de son père qu’elle va réaliser ses rêves. Sauf que voilà arrivée en Italie, Amber est obligée de trouver un job si elle souhaite rentrer en Californie… Coup de chance ou malédiction, notre héroïne va trouver un poste pour apprendre l’anglais à deux enfants, son patron est leur grand frère, Desiderio Larosa, ancien pilote de moto. Et on ne peut pas dire que l’accueil va être chaleureux. Amber va devoir s’acclimater à son nouveau travail, devant subir la dureté des enfants mais aussi la mauvaise humeur de Derio. Mais l’histoire dramatique de la famille Larosa va intriguer notre héroïne et le charme ravageur de Derio ne la laissera pas indifférente. Mais est-ce vraiment ce qu’elle souhaite ? Doit-elle laisser ses rêves de côté pour panser les blessures de cette famille et succomber au charme insolente de cet italien ? 

Mon avis est bien plus positif que pour le précédent roman de l’auteure. Tout d’abord, j’ai adoré voyager en Italie, les descriptions m’ont vraiment émerveillée et cela n’a pas fait de l’ombre à la romance. Ce récit est assez dur dans les premiers chapitres, j’ai trouvé cela un peu déstabilisant, dans le sens où je m’attendais à une lecture assez légère et finalement cela n’a pas été le cas. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à découvrir Capri et ses recoins luxuriants. Côté voyage, j’ai trouvé que l’équilibre était atteint dans l’histoire, en ce qui concerne la romance, je dois dire que j’ai trouvé le roman addictif mais les émotions n’étaient pas forcément au rendez-vous. Je veux dire que Karina Halle touche du doigt des thèmes importants qui concernent ses deux personnages principaux mais sans vraiment les explorer, elle reste en surface pour nous faire voyager avec eux, alors ce fut divertissant mais pas vraiment émouvant, et pourtant l’histoire de Derio est un crève cœur !

Mon avis sur les personnages a été fluctuant, surtout en ce qui concerne Derio… D’abord intrigant, puis totalement attachant pour finir par m’exaspérer par tant d’égoïsme. J’avoue que cela ne m’arrive presque jamais de finir avec un avis mitigé sur un héros masculin, parce que Derio m’a touché à un moment donné et puis je n’ai pas compris son évolution, je l’ai trouvé hautain, égoïste et opportuniste, cela m’a fait mal pour Amber. Notre héroïne quant à elle ne se livre pas assez à nous, on perçoit ses failles mais on en sait très peu finalement car l’auteure n’approfondit pas son histoire. J’ai trouvé Amber agréable, j’ai eu de la compassion pour elle mais je ne me suis pas plus attachée que ça à son personnage. Les jumeaux dont Amber va s’occuper sont peu présents, mais apportent tout de même de la profondeur à l’histoire, mais j’avais imaginé quelque chose de plus intense, d’orchestré différemment avec des thèmes si profonds.

Le cheminement de l’histoire est plaisant à lire, honnêtement j’ai bien aimé ce roman, une fois que j’avais compris qu’il ne fallait pas que je cherche plus loin que ce que l’auteure avait à nous offrir avec cette romance. Elle a misé gros sur le fait qu’elle nous fait voyager au détriment de l’aspect psychologique de cette histoire, c’est dommage mais il n’en reste pas moins qu’en terminant le roman je n’étais pas vraiment déçue, il y a certes des choses qui m’ont dérangée mais j’ai trouvé ce roman beaucoup plus doux et romantique que [Entre ciel et mer…], et ce, malgré le côté dramatique de la vie de Derio.

En bref, ayant aimé la première trilogie de l’auteure, je donnerais toujours une chance à ses romans car je sais qu’elle est capable de me toucher. [A la poursuite du soleil] fut une lecture agréable, dépaysante et divertissante mais il m’a manqué l’émotion pour être totalement satisfaite de ma lecture. J’ai aussi ressenti un manque en ce qui concerne les personnages, je suis restée un peu hermétique à ce qu’ils se passaient entre eux, et j’ai été perturbée par l’évolution du personnage de Derio qui m’a laissé un goût amer dans la bouche. Mais rien que pour l’Italie et le dépaysement je ne regrette pas d’avoir lu ce roman. 


Extrait 

Signor Desiderio Larosa semble tout droit sorti d’un défilé de mode de Milan. Je ne saurais même pas par quoi commencer pour le décrire. Il est beau comme un dieu, avec un visage qui donne envie de le regarder pendant des heures, des yeux marron doré, très clairs, encadrés de longs cils et de sourcils bruns parfaitement arqués. Son nez est très italien, puissant mais en accord avec son visage. Il a des pommettes hautes et saillantes, des lèvres charnues et lisses, un menton qui présente une légère fossette. Une ombre voila sa mâchoire, ce qui ne fait que mettre en exergue son coté viril.

Je remercie Marie et les éditions Hugo New Romance pour cette lecture. 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Un commentaire sur “A la poursuite du soleil > Karina Halle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *