La révélation de Claire #2 – Fuir > Valéry K. Baran

Essayer est le seul moyen de connaître ses limites

Enfin, Claire y est : elle participe à la Nuit Noire aux côtés de Mathieu. Au détour des couloirs sombres, les corps enlacés et les visages masqués s’offrent à elle dans des mises en scène aussi érotiques que troublantes. Devant ces tableaux, Claire est partagée entre la curiosité et la peur d’aller trop loin. Mais, surtout, elle a besoin de savoir si sa place est ici, si elle fait vraiment partie de ce monde. Et, pour connaître la réponse, elle n’a qu’une chose à faire cette nuit : s’abandonner corps et âme à son dominant.

Paru le 10 janvier 2018 aux éditions HARLEQUIN FRANCE.


L’avis de Marlène – Note 5/5

Ça y est, Claire y est… A peine remise de sa dernière séance avec Mathieu que Claire doit se préparer à affronter la nuit noire. Une soirée au club pleine de promesse… Si elle appréhende cette immersion au club, elle est aussi excitée à l’idée de savoir si cet univers est fait pour elle. A-t-elle sa place dans ce monde si particulier ? 

Sa participation à la nuit noire devrait lui apporter de nombreuses réponses… On retrouve Mathieu et Claire plus en confiance que jamais. Notre héros est dans une phase d’adaptation avec Claire, il va la guider au mieux au sein du club, au détours des couloirs, les corps exultent et leur aventure s’intensifie. Claire va être confrontée à diverses scènes, elle sera aussi celle que tout le monde remarquera. Claire ne passe pas inaperçue, elle se pare de sa candeur et attise toutes les convoitises. Mais elle va surtout attirer l’attention de plusieurs membres importants du club, telles qu’Isabelle et Catherine la grande maîtresse. Ces deux personnages m’ont terriblement intriguée, il faut dire qu’elles ont toutes les deux du charisme, en plus d’un côté impressionnant. J’ai admiré l’aplomb de Claire face à ces deux femmes de caractère. Le mystère qui entoure la relation de Mathieu avec Catherine est insoutenable, l’auteure a très bien su jouer avec la part d’ombre de Mathieu, mais il se livre à Claire, et on se retrouve directement aux prises avec ses sentiments pour elle.

Claire est à un vrai tournant de sa vie. Elle se cherche, s’interroge encore sur ce qu’elle souhaite vivre avec Mathieu, ses indécisions ne sont pas infondées car elle a besoin de repousser ses limites pour comprendre les sentiments qui l’assaillent. Claire est une héroïne en constante évolution, j’admire sa force de caractère et son insolence. Elle a un petit côté indiscipliné que seul Mathieu peut dompter, mais leur relation de confiance s’étoffe et la frontière devient floue… qui domine qui réellement ? J’ai adoré ce second épisode parce qu’il développe énormément la relation de nos héros, la tension psychologique se mélange à une danse érotique des plus troublante.

On retrouve l’enceinte du club, cet épisode a eu le don de me pousser en dehors de mes limites, avec ce côté voyeurisme très bien maîtrisé par l’auteure. L’érotisme est en lien direct avec les pensées de nos personnages, pendant que les scènes se jouent, on se retrouve dans une tourmente psychique. Claire doit continuer d’analyser ses émotions quand Mathieu doit se sortir de l’emprise du passé… Mais Catherine n’est pas totalement prête à libérer Mathieu de ses chaines.

Valéry K. Baran nous livre une des meilleures sagas que j’ai lu dans l’univers bdsm car elle n’oublie jamais les codes qui régissent ce milieu. Elle compose avec la complexité psychologique d’une telle relation. Elle nous démontre ce que les adeptes de ce genre de pratiques recherchent. Un sentiment de plénitude, un soulagement tant attendu, un lâcher prise indispensable… La notion de confiance est au cœur de cet épisode, un mot lourd de sens dans n’importe quelle relation, qu’elle soit amicale, amoureuse ou bien d’une toute autre nature. C’est un sentiment difficile à atteindre et c’est toute la beauté de la relation de Claire et Mathieu… 

En bref, ce second épisode m’a complètement envoûtée. Remettre les pieds au club avec Claire et Mathieu fut exaltant, déroutant, grisant et captivant. Notre héroïne a passé un cap important, les barrières tombent au fur et à mesure que les émotions s’intensifient. Valéry K. Baran a fait un travail formidable sur l’aspect psychologique de sa série tout en nous livrant un contenu érotique haut de gamme qui ne flirte jamais avec la vulgarité. Elle a su attiser mon intérêt et je suis encore plus impatiente de continuer l’aventure de Claire, un peu d’attente pour savourer ce qu’elle nous réserve. Cette série s’adresse tout de même à un public adulte et averti qui aime la romance érotique.


Extrait 

– Tu connais ce morceau ? lui demanda-t-il.– Oui.Il savait son goût pour les vieux groupes, les vieux albums.– Venus in Furs, dit-elle.Le morceau des Velvet Underground, inspiré par le roman de Leopold von Sacher-Masoch. Cet écrit sur le BDSM datait du XIXe siècle, mais elle ne l’avait appris qu’après avoir rencontré Mathieu. Elle n’avait alors jamais fait plus attention que ça aux paroles, dont le sens demeurait flou pour elle, comme la plupart des morceaux de ce groupe. Cette chanson lui était pourtant toujours apparue comme la quintessence de l’érotisme… Maintenant qu’elle en connaissait le sujet, elle avait l’impression que la vie lui avait réservé un joli pied de nez. C’était curieux. Sur l’instant, la musique répondait parfaitement au trouble qu’elle éprouvait : cette plongée dans l’inconnu, ce mélange indescriptible d’attraction et de crainte, d’envie de fuir et de besoin de savoir, d’aller plus loin… Jusqu’où, juste ?Jusqu’où ?L’éclairage, dans le long couloir du donjon, avait été aboli, à l’exception d’une lumière si vive, à son extrémité, qu’elle les éblouissait et transformait les corps leur faisant face en ombres chinoises. L’atmosphère n’en était que plus sexuelle et intrigante. Claire sentit l’excitation ramper sous sa peau, le besoin d’extrémisme, celui de se perdre, profondément…Les gens s’écartèrent sur leur passage, Mathieu ouvrant une voie dans la masse des corps qui s’enlaçaient. C’était la force du masque qu’il portait, elle n’en doutait pas ; il attestait aux yeux de tous la place qu’il tenait dans l’établissement. Et tous l’observaient, elle, la soumise qui lui était attachée. Les traces qu’avait laissées Mathieu sur sa peau en témoignaient. Sa tenue, aussi. Aucun accessoire ne lui accordait le droit à la dissimulation, ni sur son visage ni sur son corps. Elle était exposée autant dans son âme que dans sa chair. Elle tâchait de l’accepter, cette nudité physique et psychologique.Cette crudité de l’exposition.Et Mathieu qui l’entraînait, l’emportait… C’était comme s’il lui chuchotait à chaque instant ce « viens » avec lequel il l’avait attirée.« Viens », tandis qu’ils traversaient la masse des corps en démonstration de rapports de domination ou en actes sexuels, lubriques. « Viens », alors qu’ils se rapprochaient de la lumière. « Viens », alors qu’ils progressaient.Viens dans la lumière.Cesse de te cacher.Un message, peut-être.

Je remercie Valéry K. Baran pour cette lecture. 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

2 commentaires sur “La révélation de Claire #2 – Fuir > Valéry K. Baran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *