Beat > Vi Keeland

Il a le corps d’un homme et sourire d’un adolescent. Il chante comme un ange et fait l’amour comme un diable. Dylan est le chanteur star d’un groupe de rock, le fantasme de toutes les jeunes filles. Pour Lucky, rouquine de 25 ans, le fantasme est devenu réalité : depuis plusieurs mois, elle sort avec Dylan. Elle en avait rêvé et elle est très heureuse avec lui. Jusqu’au jour où dans un café, elle rencontre un autre homme, Flynn, un rockeur pur jus, beau à se damner. L’attraction est irrésistible et réciproque. Mais la jeune femme freine des quatre fers, refusant de trahir son petit ami. Pourtant, lorsque Flynn est engagé pour la première partie des concerts de Dylan, elle a bien du mal à l’éviter pendant la tournée…

Aimer deux hommes, c’est possible. Jusqu’à un certain point…

Paru le 3 janvier 2018 aux éditions City - Eden romance.


L’avis de Marlène – Note 4/5

Je n’ai pas réussi à résister à cette tentation. J’ai pris des risques avec ce roman, car il met en scène un triangle amoureux, et j’avoue que j’ai du mal avec cette dynamique amoureuse, mais que voulez-vous j’aime vivre dangereusement et je suis fan de Vi Keeland donc j’étais prête à sauter dans le vide… Ce qui m’a motivée aussi c’est que j’avais hâte de retrouver Flynn, un des personnages du tome précédent intitulé PULSATION.

Le récit nous offre une romance très addictive dans l’univers musical de nos héros. En effet, Dylan Ryder, véritable star du groupe de rock « Easy Ryder », fantasme de ses dames, est en couple avec Lucky… Notre héroïne en a rêvé pendant toute son adolescence, fantasmant secrètement sur son idole, et dix ans plus tard son rêve se réalise et elle se retrouve en couple avec lui. Mais fait-elle la différence entre l’amour et l’adoration ? Est-elle sûre de ses sentiments pour ce chanteur que tout le monde voudrait avoir dans son lit ? Lucky ne s’était jamais posé ces questions avant qu’elle ne rencontre Flynn Beckam, chanteur du groupe « In Like Flynn »… Entre eux… l’attirance est immédiate, presque brutale comme si elle les percutait de plein fouet. Qu’à cela ne tienne, Lucky ne reverra jamais cet homme qui la trouble tant, jusqu’à ce qu’elle s’aperçoive qu’il va faire les premières parties des concerts de Dylan ^^ Elle se retrouve aux prises avec ses sentiments, ne sachant plus comment combattre son attirance pour Flynn, ne voulant pas tromper la confiance de Dylan… Mais peut-on aimer deux hommes ?

Une fois encore, Vi Keeland a su me prouver tout son talent, et ici ce n’était pas gagné, car j’avais peur de passer à côté de cette histoire à cause du triangle amoureux. Et je peux vous dire que l’auteure s’en est très bien sortie, et j’ai été comblée au-delà de mes espérances. Alors oui, on retrouve les hésitations classiques de l’héroïne, ce tiraillement qui l’empêche de prendre une décision rapidement, mais la romance est très bien menée. On cerne très vite les personnages, Lucky est une jeune femme très vulnérable, son passé est trouble et elle en garde un léger traumatisme qui l’empêche de s’épanouir dans le milieu de la musique. Lucky est adorable, vraiment centré sur les autres, elle ne pense qu’à faire le bonheur autour d’elle… Elle est généreuse et elle a un fond profondément gentil, c’est aussi une nana très drôle et qui sait attiser le désir d’un homme sans en faire des caisses, simplement en restant naturelle avec son petit côté fragile, forcément on a envie de la protéger… Dylan Ryder… Comment vous dire, pendant tout le récit je l’ai imaginé au-dessus d’une trappe géante, et je n’avais qu’une envie, actionner une manette pour le faire disparaître lol ! Hey j’ai été inspiré pour le coup avec lui, Dylan représente tout ce que je déteste, alors oui, c’est un personnage un petit peu caricatural, vous voyez la rock star qui ne se prend pas pour de la merde, qui méprise son entourage… Bref, je l’ai détesté, et ce fut dur pour moi de comprendre comment Lucky pouvait aduler un type tel que lui, et en même temps et bien c’est le mythe de la rock star, le fantasme de toutes les nanas qui ne savent pas comment il se comporte… Une sorte de symbole inaccessible, beurk ! Passons à Flynn Beckam… *soupire* Flynn c’est mon gros crush, un héros parfait sous tout rapport, alors oui la perfection n’existe pas mais elle pourrait se prénommer Flynn je vous assure. Ce mec est carrément torride, mais pas que et c’est là que l’on tombe amoureuses de lui. Flynn évolue aussi dans le milieu de la musique, c’est une star montante, chanteur d’un groupe de rock qui commence à se faire une place dans l’univers musical. Flynn est sexy, adorable, doux et très attentionné. J’ai aimé qu’il soit en constante contradiction. Il sait être sage quand il le faut et provocateur à d’autres moments, j’ai aussi aimé qu’il soit à l’écoute de son entourage… Ce héros m’a valu quelques bouffées de chaleur, et pourtant la teneur du récit reste assez sage, on est plus dans une ambiance saturée d’électricité et de tension sexuelle que dans la démonstration dans la chambre à coucher, ce qui est très positif car Lucky et Flynn apprennent à se connaître, tissent un lien très fort en passant du temps ensemble, dans le début de leur relation purement platonique, même si l’attirance est là!

Vi Keeland nous offre une ambiance qui oscille entre des moments rock’n’roll et des moments intimes très poignants. J’ai aimé la proximité des personnages, leurs personnalités aussi toutes très différentes. L’auteure met bien en évidence la complexité de l’histoire, Lucky se retrouve aux prises avec ses émotions, à devoir évaluer ce qu’elle ressent pour Dylan par rapport à ce qu’elle ressent pour Flynn. Les notions d’amour, d’adoration et d’amitié sont mises en avant de manière très distinctes. On s’investi avec eux, on vibre avec eux et même si parfois certains passages m’ont rendu folle, que ce soit à cause des hésitations de Lucky ou encore de l’attitude révoltante de Dylan et bien cela fait partie du jeu et de la dynamique amoureuse. Finalement c’est l’unique but du triangle amoureux, mettre en lumière des sentiments difficiles à démêler, et ici j’ai trouvé que tout était bien orchestré. Je me suis régalée avec l’univers de la musique, la passion que cela représente pour les personnages, l’histoire qu’ils ont avec ce milieu. La double narration nous apporte des éléments de compréhension et nous permet d’être moins frustrée car on connaît les états d’âme de nos deux héros.

Je ne vais pas vous mentir, l’histoire à un côté très sexy qui est mêlé à l’humour, c’est ce que j’adore dans les romans de Vi Keeland ^^ Vous assisterez à des joutes verbales drôles et torrides, des clins d’œil qui vous feront fondre… Impossible de résister aux charmes de Flynn. Il se retrouvera peut-être même dans mon Top Ten BBF 2018 qui sait, en tout cas il ne vous laissera pas indifférentes croyez-moi.

En bref, Vi Keeland a su me captiver avec cette nouvelle romance. Entre musique, sexytude et humour, l’auteure nous propose une histoire addictive et touchante, on ne peut que tomber amoureuse de Flynn, et ce, dès le début de l’histoire. Les thèmes abordés dans ce récit permettent un dénouement des plus convaincant et nous proposent un triangle amoureux très bien géré. Sexe, amour et rock’n’roll vous attendent dans [BEAT], un moment de lecture 100% plaisir ! 


Extraits

« -J’ai vraiment du chocolat sur le visage ?

Elle se lèche les lèvres et mes yeux tombent sur sa langue. Une goutte de chocolat est restée au coin de sa bouche et je me penche en avant pour l’essuyer du doigts. Ses lèvres s’entrouvrent. Je lui montre l’objet du délit… avant de le glisser dans ma propre bouche pour le déguster. Flan au chocolat parfumé de Lucky. Un nouvel arôme, mon préféré. 

-Mmm. Quel délice ! »


« -Ta gorge est sensible ? Ça fait quelque chose quand je la touche ?

Ma gorge, ça va. Mais quand tu me touches, ça fais quelque chose à d’autres endroits de mon corps…

-Un peu.

-Il faut travailler ta voix, sinon tu vas la perdre. Viens me voir au studio. Laisse-moi au moins t’apprendre quelques techniques pour soulager tes cordes vocales.

Elle me fait un tel effet… Avec une autre, je serais déjà en train de lui détailler les techniques que j’aimerais lui montrer en retour. Je m’abstiens pourtant. Ce n’est pas n’importe quelle femme. Et en plus, c’est celle de Dylan Ryder, nom de Dieu ! Je devrais  m’éloigner d’elle, me détourner de cette tentation. Mais une vie sans tentation, c’est comme un coeur qui ne battrait pas. Et moi, je suis musicien. Le rythme, ça me pulse dans les veines. »

Je remercie Marilyne et les éditions City pour cette lecture. 

4 commentaires sur « Beat > Vi Keeland »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *