Entre ciel et mer… > Karina Halle

Une new romance qui capte à merveille sous un jour nouveau, l’angoisse existentielle des jeunes de vingt ans. Un éclairage nouveau, à l’esprit cru, et au langage direct témoignant de la réelle sensibilité d’une auteure abonnée aux best-sellers et adulée par les critiques de USA TODAY.

Joshua Miles, à peine plus de vingt ans, vit chez sa mère, accumule les petits boulots sans avenir et tourne en rond, jusqu’à ce qu’il rencontre Gemma Blackburn, une étrangère pleine de vie, débarquée de Nouvelle-Zélande.

Ce qui débute comme une aventure sans lendemain, va rapidement constituer un véritable tournant dans la vie de Josh.

Incapable de se sortir Gemma de l’esprit, il décide sur un coup de tête, de partir la retrouver en Nouvelle-Zélande, avec pour tout viatique un sac-à-dos, un peu d’argent et le nom de Gemma sur un bout de papier.

Gemma, entichée elle-aussi, l’embarque pour un voyage-éclair autour de ce pays magnifique, durant lequel Josh va s’ouvrir à la vie, au plaisir, à l’amour, et aux chagrins d’amour qui vont de pair.

Parce que lorsque l’amour vous embarque, il arrive qu’il ne vous lâche plus, même si vous savez pertinemment que vous devez lui dire adieu.

Paru le 7 décembre 2017 aux éditions Hugo New Romance.


L’avis de Marlène – Note 3/5

Entre ciel et mer… Un roman original mais qui ne m’aura pas totalement convaincue. Mon avis est partagé en ce qui concerne l’histoire de Josh et Gemma. Ce récit recèle de belles surprises mais aussi beaucoup de déconvenues…

Si l’ensemble de l’histoire est originale, elle est hélas parsemée de longueurs interminables… Je dois dire que le road trip en Nouvelle-Zélande a pris une place énorme dans le récit, ce qui a entraîné un déséquilibre entre la narration, les descriptions et les dialogues. Cela a vraiment rendu la lecture laborieuse par moment, limite soporifique tellement il y a avait des pavés de description. Alors oui, j’ai aimé voyager en Nouvelle-Zélande, mais ce beau paysage a bouffé la moitié de l’intérêt de l’histoire de Josh et Gemma ^^

L’histoire commence sur les chapeaux de roue, Karina Halle ne tarde pas à nous montrer que le côté sexy du roman sera cru et vraiment vulgaire par moment. Ce n’est pas le premier roman de l’auteure que je lis, je savais donc qu’elle était assez crue en matière d’érotisme, hélas ici cela a constitué un véritable point négatif sur l’ensemble de l’histoire, car si j’aime la « baise »… il me faut tout de même de la tendresse, de la sensualité et des sentiments. Hors, à mes yeux, dès qu’il fut question de sexe, j’ai trouvé que c’était trop vulgaire et j’ai eu du mal à passer outre cette façon de nous livrer l’intimité de leur relation. Bref, Josh et Gemma vont faire connaissance lors d’une soirée costumée pour Halloween, on peut dire que le courant est tout de suite passé entre eux, ils vont passer la nuit ensemble tout en sachant que Gemma est sur le départ pour rentrer chez elle en Nouvelle-Zélande. Qu’à cela ne tienne, ils vont profiter de leur nuit pour user et abuser de leurs charmes respectifs en s’offrant une nuit de débauche digne d’un film pour adulte ^^ Malgré cela, leur rencontre m’a véritablement intriguée parce que Gemma nous apparaît comme une jeune femme libre avec une vision de la vie très intéressante, elle aura une influence sur le destin de Josh qui n’arrive pas à oublier cette jeune femme flamboyante. Il prend alors une décision impulsive en partant à l’aventure en Nouvelle-Zélande, sans trop rien prévoir il débarque à Auckland. A-t-il pris cette décision pour revoir Gemma ? Veut-il simplement vivre un peu sa vie avant de reprendre ses études ? 

Jusque là… j’étais plutôt satisfaite de ma lecture, j’avais vraiment envie de savoir si Josh avait bien fait de provoquer un peu le destin… Hélas à son arrivée à Auckland, ça a été la douche froide pour moi car la romance a pris un tour qui ne m’a pas plu du tout avec un schéma amoureux qui m’a passablement énervée… Je ne m’y attendais pas du tout et ça a gâché une partie de mon plaisir ! On fera très vite la connaissance de  Nick. Un mec imbuvable, superficiel, une véritable tête à claque qui va s’incruster dans le voyage que vont faire Josh, Gemma et Amber, la cousine de notre héroïne… Les voici donc à quatre pour ce road-trip en Nouvelle-Zélande ! J’ai pris mon mal en patience, en priant pour que ce qui me gênait prenne fin le plus rapidement possible, hélas les longueurs se sont ajoutées à ma déception… rendant parfois certains passages vraiment ennuyeux et lourds à lire. Je me suis raccroché au fait que j’avais vraiment envie de savoir ce qu’il allait advenir de Josh et Gemma, car ce sont deux personnages qui gagnent à être connus. Ils sont tous les deux à la croisée des chemins, Gemma a des choses à régler dans sa vie, des problèmes qui ne sont pas vraiment évidents pour elle… Gemma est une héroïne qui m’a donné du fil à retordre, parce que je l’ai autant aimé que détesté, elle m’a rendu folle par moment de par les choix qu’elle a fait, cela m’a souvent mis en colère et pourtant ses questionnements et ses hésitations étaient pertinents et complexes mais ajouté aux autres bémols et bien cela a fait un peu beaucoup à digérer. Josh quant à lui s’avère être un homme passionné, un peu rêveur et idéaliste. Il entend bien profiter de son séjour jusqu’au bout car avec Gemma c’est tout ce qu’il aura, ces quelques semaines à sillonner la Nouvelle-Zélande. Josh est un type adorable, j’avoue que je me suis attaché à lui, je l’ai trouvé intéressant car il s’ouvre à la vie avec les joies et les accrocs qu’elle lui offre. Mais alors, j’ai été refroidie par son rapport avec le sexe, alors oui c’est un mec de vingt-trois ans, bien gaulé et plutôt doué à l’horizontal, comme à la verticale d’ailleurs^^ Josh n’est pas difficile, tous les endroits sont bons pour « baiser ». Pour moi cela a été rédhibitoire qu’il soit si vulgaire, il n’y a pas eu d’équilibre, entre baiser et faire l’amour… Ce qui fait que j’en venais à vouloir passer les scènes érotiques car pour moi elles n’ont pas véhiculé d’émotions intenses et sincères. On perçoit l’osmose entre nos héros, et pourtant j’ai trouvé que le sexe ne cimentait pas leur relation… Comme si la baise les éloignait d’une quelconque relation sérieuse… Et pourtant en dehors du sexe, quand ils évoluent dans leur road-trip on sent bien qu’ils ont passé le stade de l’amitié sexfriends ^^ Il y a d’ailleurs des moments qui m’ont prouvés que cette histoire était très belle, avec des personnages qui se livrent parfois sans détours. C’est dommage que cela n’est pas été régulier, que les émotions aient été trop changeantes et parfois perturbantes. (Vous retrouverez néanmoins un passage particulièrement beau en extrait à la suite de cette chronique).

L’intrigue m’a séduite par son originalité, j’avoue que l’on ne se retrouve pas dans une romance classique et j’ai aimé le côté aventure de celle-ci. J’ai aimé que ce road-trip soit en quelque sorte comparé à une étape cruciale de la vie de nos héros. Le moyen pour eux de se trouver au bout de ce long chemin escarpé. Il y a aussi un côté de l’intrigue que j’ai détesté et cela concerne la dynamique amoureuse qui m’a parfois mise très mal à l’aise. Le road-trip est l’élément central de l’histoire, la Nouvelle-Zélande est un des personnage de ce récit, presque le personnage principal car elle prend une place monumentale. C’est vraiment dommage que les descriptions aient été si lourdes… Car si j’ai aimé découvrir ce pays, j’ai eu aussi l’impression d’en faire une over-dose car je n’avais pas assez de matière autour pour rester captivée par ce qui se jouait pendant ce road-trip. Karina Halle a pourtant choisi des thèmes très intéressant. Nos héros sont vraiment à un tournant de leur vie, j’ai aimé leur introspection et leur soif d’apprendre de leur voyage. Mais ont-ils conscience de ce qui les attend ? Quel est le but de ce voyage ? Se trouver ? Karina Halle arrive tout de même à mettre en lumière la soif d’aventure de nos héros, leur façon de mordre la vie à pleines dents. 

La plume de Karina Halle est fidèle à elle-même. Son style reste agréable et addictif mais ici elle m’a perdue avec la vulgarité dont elle a fait preuve en matière d’érotisme. Pour moi c’était trop cru, trop dénué de sensualité et de finesse. Ce qui m’émoustille habituellement a fini par me dégoûter d’une certaine manière car j’avais aussi envie que ça évolue à ce niveau là…

En bref, Entre ciel et mer… ce fut un voyage de longue haleine que j’ai bien cru ne jamais terminer. Si le récit à des qualités indéniables, il a aussi bon nombres de points négatifs.  (Ce n’est que mon point de vue). Les longueurs, la dynamique amoureuse et la vulgarité ont eu raison de moi et ont vraiment gâché ma lecture, si bien que j’ai eu du mal à faire ressortir les bons côtés de cette romance qui s’avère tout de même très originale de par les thèmes abordés et l’exploration de la Nouvelle-Zélande. Cette romance n’est pas dénuée d’intérêt et de sentiments, j’en ressors néanmoins très mitigée et j’en suis la première déçue. Par contre, je ne peux pas nier que j’ai apprécié certains aspects de l’histoire qui m’ont sortie de mon confort habituel me permettant de me poser des questions sur certains sujets brillamment abordés. J’attends néanmoins de découvrir A la poursuite du soleil qui se consacrera à l’histoire d’Amber, la cousine de Gemma, qui j’espère me plaira davantage !


Extrait 

« Nous atteignons le sommet juste à temps. Le soleil commence sa descente vers l’ouest, au-dessus des sommets et le ciel se pare de teintes oranges  et bleues, teignant  les nuages de magenta, comme un enfant les surligneraient au marquer multicolore. Le chemin traverse des marécages, des étangs et des arbustes bas avant d’arriver à un lac qui nous renvoie toutes les couleurs du ciel qui s’y reflètent.

J’ai envie de pleurer. Les larmes montent, je n’arrive pas à me contenir. C’est bien trop intense, mais elles ne coulent pas.

Au lieu de ça, je lâche un sanglot qui résonne à travers la montagne, jusqu’à la mer invisible.

Soudain, Josh passe ses bras autour de moi et me tient enlacée. Il pose son menton sur le sommet de mon crâne et regarde droit devant lui, cette beauté changeante, qui se crée et se défait sous nos yeux.

Je change d’état d’esprit. Je m’installe dans quelque chose de plus doux. Il me tient juste enlacée, ce qui me procure un certain réconfort, de la chaleur, du soutien. C’est un ami qui est là pour moi. Il comprend la peine que je ressens dans mon cœur.

Mais je sais aussi qu’il est plus qu’un ami. Il est à la frontière de quelque chose d’autre. Si seulement j’avais le courage d’essayer. »

Je remercie Magali et les éditions Hugo New Romance pour leur confiance. 

9 commentaires sur « Entre ciel et mer… > Karina Halle »

  1. J’étais très curieuse de connaître ton avis sur ce roman comme tu le sais. Du coup en voyant ta chronique j’ai foncé. J’ai l’impression qu’on a toutes les deux été déçue par le manque de profondeur de la relation.. C’est dommage.. Je reste curieuse pour celui de janvier ^^

    1. En même temps avec cette couverture magnifique et le résumé c’était facile de craquer ^^ Mais je vais quand même tenter le tome qui sort en janvier sur la cousine de l’héroïne de Entre ciel et mer… qui sait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *