No Love No Fear #3 – Yano & play > Angel Arekin

Rine et Yano ont décidé de s’affranchir du passé pour vivre pleinement leur idylle amoureuse. Alors que l’heure du mariage approche, de nouvelles épreuves ébranlent la confiance qu’ils ont l’un en l’autre. Entre jalousies naissantes et l’irruption du père de Yano dans leur vie, leurs vieux démons se réveillent. L’équilibre qu’ils avaient tenté de maintenir se brise et Yano commet l’irréparable. Mais puisqu’ils n’obéissent qu’à la loi du jeu, Rine lui lance un dernier défi. La partie peut commencer ! Et cette fois-ci, qui en sera le maître ?

Paru le 2 novembre aux éditions Bmr.


L’avis de Marlène – Note ❤❤❤

Attention, il s’agit du troisième tome de la saga, la chronique peut contenir des spoilers des tomes précédents. 

Lire ce dernier opus a eu une saveur particulière, parce que c’était le dernier tome de la trilogie, parce que j’avais peur de la conclusion qu’Angel Arekin allait donner à l’histoire de Yano et Rine ! Mais surtout parce que l’auteure sait me surprendre, et je l’attends toujours au tournant… Le résumé était quelque peu perturbant… En voyant, « Yano commet l’irréparable », j’ai sué à grosses gouttes ! Et oui, parce que Yano est capable de tout, du meilleur comme du pire !

J’ai fais durer le plaisir avec cet opus, on retrouve nos héros qui ont évolués depuis le début de cette série, je dois dire que je suis admirative du fait que malgré leur avancement dans la vie, ils conservent tout de même ce qui les caractérise si bien. Yano reste un joueur de première catégorie, mais il a trouvé une joueuse à sa hauteur en la personne de Rine. Une fois de plus, Angel Arekin a su faire basculer son histoire pour donner une tonalité différente à chacun des tomes de No Love No Fear…

Ici alors qu’ils filent le parfait amour et que le mariage se profile à l’horizon, de nouvelles épreuves mettent à rude épreuve le faible équilibre de leur relation. Le passé vient une fois de plus bouleverser leur présent. Yano et Rine n’ont plus aucunes certitudes. Les vieux démons de Yano se réveillent, son père fait irruption dans leur vie.. Mais Rine est bien décidé à se battre pour leur couple… C’est maintenant elle qui tient les rênes en proposant un dernier jeu à YanoUn jeu qui pourrait les réunir mais tout aussi bien les séparer. La partie est lancée… Que le meilleur gagne ! 

Un dernier tome à l’image des premiers opus. J’ai vraiment adoré cette saga. Angel Arekin a le chic pour mettre en scène des personnages qui ne cesseront de vous faire réagir. Yano et Rine ont tous les deux un caractère très fort, ils sont sans cesse dans un rapport de force qui s’harmonise avec l’amour qu’ils ressentent l’un pour l’autre. Je me suis habituée à eux au fil des tomes et ils ont encore réussi à me surprendre. J’avoue que j’ai vraiment eu peur avant de me lancer dans cette lecture, les sagas c’est un peu tout ou rien, soit c’est excellent du début à la fin, soit il y a un petit flottement dans le rythme et les rebondissements. Ici pas du tout, l’histoire s’est bonifiée avec le temps, nos personnages aussi ont énormément appris sur eux-mêmes.

J’ai plein de chose à dire comme d’habitude, sauf que je cherche un peu mes mots, j’évalue ce que je peux vous dire sans jamais spoiler l’originalité de ce troisième tome. L’histoire de Yano et Rine repose sur des sentiments profonds et lointains. Forcément, quand le passé refait surface et que les doutes s’installent il est difficile d’aller de l’avant, et pourtant Rine sera vraiment maître d’elle-même, se faisant confiance en provoquant sans cesse Yano. Leur vie est un jeu, ils se stimulent ainsi, c’est leur façon d’être. Une constante dans leur relation si complexe. Le thème central qui se rattache au personnage de Yano dans ce tome est vraiment bien abordé, je ne peux vous en parler en détail, mais je dois dire que tout ce qui découle des choix de notre héros est sensé. On ne peut que comprendre ses réticences à s’engager, sa faculté de se remettre en question m’a énormément plu car cela nous prouve la réelle évolution de son personnage. On découvre Rine comme on ne l’a jamais vu, j’ai adoré la découvrir en meneuse, elle assume pleinement ses sentiments, et elle connaît Yano par cœur. Cette complicité sera mise à mal et pourtant c’est tout l’intérêt de ce troisième tome.

Angel Arekin nous offre un final à la hauteur de mes espérances. J’ai eu peur, j’ai frissonné, j’ai été très énervée par moment que ce soit envers Yano, mais aussi parfois envers Rine qui s’avère être une fine stratège. Le dénouement est des plus addictif, on ne peut que se sentir en phase avec nos personnages, car au bout de tout ce temps, j’étais véritablement attachée à eux. Le jeu que Rine va instaurer m’a plu car tous les coups sont permis. Et j’ai adoré ça ! Cela m’a une fois de plus fait ressentir des sentiments contradictoires. Me menant aux portes de la folie. Mais qui a dit que les sentiments amoureux étaient simples à gérer ? Qui a dit qu’il est facile de combattre nos peurs et nos démons intérieurs ? Non dans la vie, il n’y a rien de facile et Angel Arekin nous le prouve avec cette romance. 

Le duo que forment Rine et Yano est explosif. Entre les provocations, les jalousies en tout genre, leur attirance irrémédiable et des scènes érotiques qui nous transcendent, je dois dire que j’ai dévoré ce roman. Et tout ceci est rehaussée par un contenu psychologique décortiqué à la loupe. La vulnérabilité de nos personnages devient une force, elle les rend véritablement humains et accessibles. J’ai aimé aussi que l’on perçoivent bien le changement de point de vue, chaque chapitre nous plonge dans un état d’esprit différent, on en vient à appréhender les réactions de nos personnages. J’avoue que j’ai été à fond dans cette histoire depuis le début, peut-être parce que j’adore la plume et le style d’Angel Arekin, parce qu’elle ose aller au bout des choses, elle ne cherche pas la facilité. Elle se démarque avec son style « rentre dedans » et ses héros uniques.

En bref, un final explosif et original. Angel Arekin a trouvé le filon pour rendre chaque tome unique avec une tonalité différente pour nous permettre de poursuivre cette saga sans jamais réussir à deviner ce qu’il va se passer. C’est aussi d’ailleurs la force de cette saga, c’est que les personnages sont très complexes et imprévisibles. Et l’auteure ne les ménage pas mais elle sait rester cohérente et crédible en ne romançant pas trop ses histoires. No Love No Fear, ça a été trois moments de lecture privilégiés, des échanges avec l’auteure sur ses personnages qui m’en ont fait voir de toutes les couleurs. No Love No Fear c’est aussi des thèmes poignants exploités avec justesse tout au long de l’histoire. C’est aussi un érotisme assumé et décomplexé qui n’empiète jamais sur l’intérêt de l’intrigue. C’est un mélange de plein de bonnes choses  mixées avec brio ^^ Un épilogue qui m’aura donné des palpitations jusqu’au dénouement final ! Si vous aimez les romances qui sortent des sentiers battus, qui vous émeuvent autant qu’elles vous font rager alors foncez cette trilogie est excellente !


Extrait

« Dans trois mois, je serai obligée de te courir après, parce que tu vas te rappeler que tu as une trouille monstre des engagements. Je serai contrainte de te ficeler les mains et de te traîner devant le maire. »

C’était juste une plaisanterie, mais au moment où ces mots franchissent ma bouche, je prends conscience que je viens d’énoncer ma plus grande terreur : que Yano réalise finalement qu’il ne veut pas se marier avec moi, qu’il refuse de s’engager et de renoncer à sa liberté aussi jeune, qu’il souhaite continuer de s’amuser encore un peu et fréquenter d’autres femmes.

Avant qu’il ne saisisse ma détresse subite, je referme la porte derrière moi. Je l’entends crier derrière le vantail :

« C’est pas pour m’obliger à passer devant le maire que tu devras me ficeler les mains, c’est pour m’empêcher d’arracher ta satanée robe ! »

Il arrive à me soutirer un sourire, mais un petit grain de sable s’est glissé dans la machine complexe de mon cerveau. J’essaie de penser à autre chose en m’engouffrant sous la douche. Mes peurs sont ridicules. Cela fait plus d’un an maintenant que nous sommes ensemble, que nous vivons ensemble. Après tout ce que nous avons traversé, il est hors de question que Yano s’enfuie… Oui, voilà… C’est bon… Tout va bien…

Je remercie les éditions Bmr et NetGalley pour cette lecture.
Mes avis sur les tomes précédents. 

No Love No Fear #1 - Play with me.

No Love No Fear #2 - Memory game.

 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Un commentaire sur “No Love No Fear #3 – Yano & play > Angel Arekin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *