Le Pacte d’Emma, tome 1 > Nine Gorman

Emma, 21 ans, est atteinte d’une maladie neurodégénérative rare et incurable. Dans plusieurs années, la maladie aura tellement affecté son système nerveux qu’elle ne sera plus elle-même. Elle décide alors, à la fin de ses études, de prendre un nouveau départ à New York, avec son frère, afin de profiter de la vie avant que la maladie ne l’ait rattrapée complètement. Mais une rencontre inattendue va venir bouleverser tous ses plans. Et si finalement elle pouvait contrer la maladie ? Et si finalement elle n’allait pas mourir ? Emma fera alors le choix de survivre, au prix d’un pacte des plus sanguinaires. Mais au fond, peut-elle réellement faire confiance à cet homme qui ne semble plus avoir une once d’humanité en lui ? Et vous, à sa place, que seriez-vous réellement prêt à faire pour ne pas mourir ?

Paru le 2 Novembre 2017 chez Albin Michel


Mon avis – Ma note –  Coup de ♥ !

Ce roman est un bit-lit qui nous plonge dans la vie d’Emma atteinte d’une maladie rare et sans remède qui la contraint à vivre une vie semée de doutes, de peurs et sans espoir. Pourtant c’est pour profiter à fond du temps qui lui reste qu’elle décide de vivre la grande aventure de New York. Sa vie, son job, ses amis vont faire de ces instants quelque chose de fort, puissant mais également dangereux, le pacte qu’elle concrétise a beau être compréhensible il n’en reste pas moins dur et sombre, c’est clairement le pacte du diable et tout au long de ce roman nous espérons qu’elle n’en perdra pas son âme.

Emma est une femme solitaire, renfermée qui se complaît quelque part dans sa maladie, elle ne cherche pas à « prendre le dessus », elle subit et il faut régulièrement la secouer pour qu’elle envisage les choses sous un jour meilleur. Mais comment lui en vouloir ? Comment voir la vie en rose quand on se sait condamnée ? Comment s’ouvrir aux autres et leur faire confiance ? C’est pourtant ce qu’elle va tenter de faire au fil des pages, se révélant ainsi être une jeune femme forte, courageuse, téméraire et qui garde précieusement cet infime espoir de survivre. C’est un personnage émouvant de part la dure réalité de sa vie mais, également poignant par sa volonté et son ouverture d’esprit, elle n’a pas froid aux yeux et nous plonge dans un monde brut et sanglant.

Andrew est un personnage charismatique, sûr de lui, arrogant et ténébreux, il excelle dans l’art de la manipulation et dégage une aura particulièrement dangereuse. Pourtant on comprend que sous cette apparence se cache un homme blessé, qui a peur de ressentir des émotions et  de perdre ceux qui lui sont chers. Malgré son côté mystérieux et noir, on ne peut qu’être envoûté par lui, par son côté sexy, sombre et en même temps passionné et protecteur, c’est un bad boy, oui, mais qui nous fait indéniablement succomber.

L’histoire quant à elle est extrêmement puissante, la maladie apporte une grande délicatesse et un terrible besoin de vivre coûte que coûte, alors que le côté bit-lit très bien dosé donne une sensation d’irréel et d’espoir. Mais ce n’est pas un récit calme, bien au contraire, tout est dans l’intensité, les événements tout comme les émotions nous explosent aux yeux et font palpiter notre rythme cardiaque à un rythme effréné. L’intrigue continuellement relancée nous embarque dans un univers où la moindre étincelle peut provoquer une catastrophe, les mots justes et précis de l’auteure permettent de nous immerger avec une grande facilité dans le roman, on vit, on ressent et on voit à travers les yeux des personnages, c’est fascinant, beau et terrible.

La fin de ce premier opus est une véritable torture, tout dégénère, s’écroule et nous laisse avec un cliffhanger absolument insoutenable, j’ai rarement autant voulu « haïr » l’auteure de nous faire une chose pareille, elle a tellement bien réussi à captiver le lecteur que la fin en devient déroutante et l’envie de lire la suite essentielle si ce n’est pour dire existentielle. Enfin, je tiens à revenir sur une phrase qu’elle a écrite dans ses remerciements, elle s’excuse d’avoir mis notre petit cœur en miette et je trouve que c’est exactement cela, on finit cette lecture complètement chamboulé mais pour répondre à sa question, oui on lui pardonne car c’est tellement fort et beau cette histoire !

En conclusion, un excellent bit-lit, parfaitement bien dosé, une intrigue rudement menée, un contexte délicat et sombre, des personnages intenses et saisissants, le tout sous une plume limpide et percutante, en somme, une pépite !

Merci aux Éditions Albin Michel et à LP Conseils pour ce service presse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *