Sans âme > Angel Arekin 

Éditeur : BMR 
Date de sortie : 8 septembre 2017
Lien d’achat : Amazon

« Abigael et Ciaràn, libérés de leurs secrets, ont réussi à trouver un certain équilibre. Mais en Thaïlande, loin du cadre familial et des règles établies, Ciaràn ne prend pas ses médicaments. Vulnérable, il a de plus en plus de mal à maîtriser ses pulsions. Abigael n’a jamais été autant en danger…

SANS ÂME est une fiction dark qui n’entre pas dans les codes de la romance classique : romance y rime avec violence, séduction avec soumission, et certaines scènes peuvent surprendre les lectrices non averties. »


L’avis de Marlène – Note ❤❤❤

Oh my god ! Cette suite est… mortelle… C’est le cas de le dire ! Angel Arekin a réussi une fois de plus à me transporter avec ses personnages hors normes. Préparez-vous, [Sans âme] c’est du lourd, du très lourd, même ! 

Si vous avez aimé détester Ciaràn dans [Sans cœur], alors vous allez être aux anges avec la suite de son histoire. Il ne pouvait pas être plus lui-même que dans [Sans âme]. Dès les premières pages, je me suis retrouvé piégée dans les pensées de Ciaràn, captivée par sa psyché totalement dérangée il faut l’avouer. Ciaràn est un anti-héros, concrètement il est détestable, égoïste et vraiment infecte par moment. Que voulez-vous c’est un sociopathe… Alors si vous cherchez le prince charmant passez votre chemin mesdames… Par contre, si vous souhaitez découvrir une personnalité hors du commun, un homme guidé par ses fantasmes inavouables… Laissez-vous tenter ! Attention, on a toujours tendance à penser que les fantasmes ont un lien direct avec le sexe, ce n’est pas totalement faux, cependant Ciaràn a des fantasmes d’une toute autre nature ! Son déséquilibre émotionnel et mental joue sur toutes ses facettes. Et dans cette suite, en Thaïlande, loin de son univers normal, Ciaràn ne va pas museler ses désirs, il ne prend plus ses médicaments, et il semblerait qu’il devienne plus dangereux que jamais. Mais Abigael a-t-elle conscience de tout cela ? Est-elle à la hauteur de celui qu’elle aime ? A-t-elle percé à jour tous les secrets de Ciaràn ? 

Cette suite ne pouvait pas être meilleure. J’ai terminé le roman entièrement satisfaite de tous les choix faits par l’auteure. Il y a plein de choses qui m’ont plu. Comme d’habitude, lire un roman d’Angel Arekin, c’est mettre de côté ses préférences, c’est repousser ses limites, c’est éprouver des émotions contradictoires et addictives.

Elle nous sert Ciaràn sur un plateau en nous livrant un opus uniquement de son point de vue ! Mais bordel, j’ai cru devenir folle en étant dans sa tête ! C’est un putain de sociopathe ! Un mec sans âme, sans émotions, ni compassion. Qui n’est pas capable d’aimer, c’est une certitude, même si Abigael arrive tout de même à ébranler un peu cette facette de lui-même. Ciaràn est exécrable, franchement c’est un enfoiré, un personnage au combien fascinant car il a une véritable identité. Il est façonné dans le roc, impossible d’adoucir son caractère, ne cherchez pas, il n’est pas malléable… Et pourtant, j’ai adoré le détester ! Il y a quelque chose en lui qui le rend magnétique, charismatique car il dégage toujours cette même froideur ! Angel Arekin a bichonné son sociopathe en mettant en exergue les facettes de sa personnalité. Elle l’a si bien décrit qu’il en devient palpable, avec sa perversité, c’est un homme diabolique qui s’assume ! C’est un homme dangereux, doté d’une intelligence hors norme, il a un intellect sur-développé, cela m’a vraiment fasciné ! J’ai eu envie d’hurler une bonne centaine de fois, ne sachant pas s’il avait des limites dans son machiavélisme… Mais il semblerait qu’il ait trouvé un adversaire à sa taille… Enfin, vous verrez cela !

Abigael occupe une place de choix dans cette suite. On la découvre à travers les yeux de Ciaràn, autant vous dire que la pauvre n’est pas à son avantage, car ce n’est pas notre héros qui va lui faire des fleurs et des compliments… Abigael dégage quelque chose de mystérieux du point de vue de Ciaràn, il cherche sans cesse pourquoi il est attiré par elle… Leur duo est perturbant, on ne peut pas franchement dire qu’ils soient assortis, et pourtant ensemble ils y trouvent leur compte. Mais loin de leur quotidien, Abigael va devoir faire preuve de beaucoup de patience, elle va devoir se mettre au niveau de Ciaràn si elle ne veut pas sombrer dans la folie. Honnêtement, Abigael est une héroïne qui m’a plu, car elle a su me surprendre. Je me suis posé beaucoup de question sur elle, sur ses motivations à rester avec Ciaràn, sur ses envies et ses sentiments. C’est une héroïne à la hauteur de cette histoire, elle paraît simple et pourtant, préparez-vous ! Abigael en a sous le pied comme on dit !

On retrouve les personnages secondaires, nos héros partent en Thaïlande avec les amis d’Abigael, Quentin et Lili… Je peux vous dire que si Quentin se fond dans le décor, Lili elle aura un rôle qui a bien failli avoir raison de moi… Je l’ai tout simplement DE-TES-TER ! Oui Lili m’en a fait voir de toutes les couleurs, et c’est dingue parce qu’elle est indispensable à l’intrigue. Bien sûr, mon autre crush à part Ciaràn, c’est Declan. Il est assez présent dans cette suite, et c’est un personnage que j’adore, j’ai tellement hâte de mieux le connaître. En sachant que c’est un Mordret je ne serais sûrement pas déçue. On se retrouve en petit comité dans cette suite, donc on est vraiment à cran quand l’intrigue se met en place !

L’intrigue, parlons-en ! Comment qualifier l’intrigue ? Et bien, je pourrais vous dire qu’elle est phénoménale, machiavélique et hautement addictive ! Le contenu de cette suite est très sombre, attention il y a bien une romance, mais oubliez les fleurs et les chocolats. Ici c’est plutôt violence, effusion de sang et vague orgasmique ! L’intrigue est perverse, je dois dire que j’ai adoré les rebondissements et encore plus le dénouement de l’histoire, qui est à mes yeux la perfection même. En refermant le livre, j’ai soupiré avec un « bordel de merde » intérieur ! Mais comment elle arrive à nous pondre des histoires pareilles ? J’ai vraiment été sidérée par les événements, Angel Arekin a réussi à me laisser bouche bée, j’ai même relu la fin… Deux fois ! En me disant, putain, ce que c’était brillant !

Et oui, la plume et le style d’Angel Arekin sortent totalement de l’ordinaire. Il n’y a pas vraiment d’adjectifs suffisamment éloquents pour vous parler de sa façon d’écrire, car tout est tellement bien pensé, bien décrit et le tout avec beaucoup d’intelligence. Elle décortique la personnalité de son héros, un sociopathe, vous imaginez le boulot en ce qui concerne l’aspect psychologique de l’histoire, et il n’y a aucune fausse note, l’auteure n’est pas là pour enjoliver les choses, elle nous donne du vrai, du dur et du trash… Elle n’omet aucun détails, elle va au bout de ses envies, tout en restant crédible et cohérente.

La noirceur de cette suite est accentuée par un érotisme percutant, assez violent et contextuel. Malgré certains aspects dérangeants, j’ai été remuée par les scènes érotiques, car l’auteure arrive à les rendre réelles, elle rend coup pour coup, elle nous plonge dans les méandres du plaisir et de la psychologie. Je n’ai eu aucun mal à comprendre Ciaràn et ses préférences, son besoin de violence et de douleur pour éprouver du plaisir, oui c’est tordu, mais c’est du Ciaràn tout craché ! Le sexe décuple les émotions et les sensations… C’est intense, brut et très excitant par moment. Impossible de museler le désir qui monte, impossible de passer outre l’envie d’aller plus loin avec Ciaràn. Le sexe n’est pas un élément lambda dans l’histoire, car le cheminement est logique et très bien exploité avec l’univers de l’auteure. Je suis toujours aussi fascinée par la façon dont Angel Arekin met en scène le sexe, elle ne fait pas dans le descriptif, c’est vraiment sensationnel !

En bref, cette suite est un véritable coup de cœur ! J’ai eu la confirmation du coup de cœur en lisant l’épilogue ! Cette fin fait TOUT le livre ! Je suis tellement fan de cette auteure, elle arrive à chaque fois à me surprendre. Ciaràn est un antihéros que vous aimerez détester car Ciaràn est lui-même, il ne ment pas, ne surjoue pas ! C’est un sociopathe et j’ai adoré le découvrir en dehors de son manoir, loin de tout, aux prises avec ses fantasmes meurtriers. J’ai aimé la tonalité particulièrement sombre et érotique de [Sans âme], cela cadre à merveille avec le contexte et le dénouement de l’histoire. [Sans âme] c’est tout simplement l’aboutissement d’une histoire hors norme menée par une auteure qui assume son univers, ses codes, ses règles ! Direction la Thaïlande, préparez-vous, ce roman risque bien de vous mettre sur les nerfs ! Peut-être aurez-vous des envies de meurtres ^^


Extrait

« Il n’existe que deux sortes de gens : moi et les autres. Les autres étant ceux qui ressentent, éprouvent, aiment, détestent et qui m’emmerdent à longueur de journée. Mais depuis quelque temps, il y a aussi Abigael. Définitivement à mi-chemin entre ces deux catégories.Or, pour la première fois de toute ma vie, j’éprouve quelque chose… quelque chose de si fort et de si violent que je ne sais pas comment y faire face. Je suis habitué à la colère, à la frustration, à toutes ces formes de violence qui me dominent et composent ma personnalité, mais là, il s’agit d’une forme nouvelle : une fureur si énorme, si colossale que je n’arrive même pas à la gérer. Elle plaque sur moi des mailles inhumaines et j’ai envie de tout exploser, tout flamber, tout massacrer, parce que… »

Je remercie les éditions BMR et NetGalley pour leur confiance. 
Retrouvez mon avis sur Sans Cœur > Angel Arekin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *