Les sorties de la semaine du 12/06 au 18/06

Sorties de la semaine

Les sorties de la semaine du 12 juin au 18 juin 2017. 

Laissez-vous tenter par cette sélection de sorties livresques ^^ 

Lire la suite de « Les sorties de la semaine du 12/06 au 18/06 »

Pretty wife > Cécile Chomin

9782280377126

Éditeur : Harlequin

Date de sortie : 31 mai 2017

Nombre de pages : 251

Lien d’achat : ICI

Il a besoin d’une femme.
Elle a besoin d’argent.

Pour Charlize, la vie est loin, très loin d’être un conte de fées. Depuis le décès de son mari, c’est même plutôt un film catastrophe, dans lequel elle doit se battre chaque jour un peu plus pour élever seule leur petit garçon malgré son maigre salaire d’agent immobilier. Mais voilà que le destin lui offre, sur un malentendu, une occasion inespérée : se faire passer pour la fiancée de Guillaume Garon. Certes, Guillaume Garon est un homme odieux dont le charme s’efface très vite devant son obsession pour le travail et sa mauvaise volonté pour redorer son image ; certes, en acceptant cette proposition, elle s’engage à assurer un rôle de parfaite épouse pour les cinq prochaines années… Mais ce n’est pas comme si elle avait une vie sentimentale ; et puis, ce contrat lui permettrait de résoudre tous ses problèmes d’argent et d’assurer l’avenir de son petit garçon. Alors… c’est parti pour la mission Pretty Wife ?

Lire la suite de « Pretty wife > Cécile Chomin »

La maison du déclin > Drazen Katunaric

maison-declin-1cÉditeur : M.E.O

Kindle : ICI

Livre : ICI

Nous promenant de Notre-Dame de Paris au carnaval de Venise en passant par les lisières du Sahara, Strasbourg, la Provence, l’œuvre de Hugo, la Rue des Crocodiles de Bruno Schulz ou le gigantesque ennui dans les sociétés communistes, l’auteur nous fait réfléchir sur la disparition du sacré dans l’architecture contemporaine sans que pour autant l’humain y trouve satisfaction.
Philosophe et poète, Dražen Katunaric part de ce constat : le progrès n’est plus un arrachement à la tradition, il est notre tradition même. Il ne résulte plus d’une décision, il vit sa vie, automatique et autonome. Il n’est plus maîtrisé, il est compulsif. Il n’est plus prométhéen, il est irrépressible. Nous sommes soumis à la loi du changement comme nos ancêtres pouvaient l’être à la loi immuable. En tout domaine ou presque, l’obsolescence a eu raison de la permanence. Il n’y a donc pas de mérite particulier à faire bouger les choses, car elles se passent très bien de nous pour cela. Ça déménage avant même que nous songions à lever le petit doigt.

Lire la suite de « La maison du déclin > Drazen Katunaric »