Etiquette et espionnage (le Pensionnat de Melle Géraldine, tome 1) > Gail Carriger

pensionnat 1.jpg

Editeur : Le Livre de Poche

Livre : Ici

Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres plutôt qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi l’inscrit-elle au Pensionnat de Mlle Géraldine qui s’attache au perfectionnement des jeunes dames de qualité. Très vite, Sophronia comprend que cette école ne correspond pas exactement à l’idée que sa mère s’en faisait. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette, mais elles font aussi l’apprentissage de la diversion, de l’espionnage et de l’acte de donner la mort – tout cela de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. C’est une chose d’apprendre à faire une révérence comme il faut, c’en est une autre d’apprendre à la faire en lançant un couteau…

tiss5

Merci à Anne des Editions Le Livre de Poche pour ce service presse.

Imaginez l’Angleterre à l’époque de la Reine Victoria, des vampires, des loups-garous, une fascination pour tout ce qui est mécanique et surtout ce qu’attend la bonne société anglaise de futures ladies et vous obtenez le parfait mélange de cette saga. Mais pour pimenter tout cela, rien de mieux qu’une série de péripéties sous fond d’apprentissage pour jeunes et belles espionnes. Ce premier opus pose clairement les bases, nous fait très vite découvrir les uses et coutumes de l’époque, ainsi qu’un goût très prononcé pour les aventures abracadabrantesques mais en gardant coûte que coûte les bonnes manières et un humour anglais totalement fascinant! Ce pensionnat n’est clairement pas ordinaire, bien qu’on y apprend comment se comporter, s’habiller et se tenir en toutes circonstance pour une jeune femme de « qua-li-teille », on découvre également l’art de manipuler, de se défendre et d’empoisonner, ce qui n’est pas commun, mais dans une société où les êtres surnaturels sont totalement intégrés, un tel pensionnat ne choque même pas.

Au milieu de cette école particulière, la jeune et intrépide Sophronia fait son entrée avec d’autres nouvelles recrues. Totalement ignorante au début de la spécificité de ce pensionnat, elle y trouve pourtant très vite sa place et ses marques. Elle est curieuse, attentive, à l’écoute de tout mais également sportive (bien plus que ce que la société conçoit pour une lady), à une facilité déconcertante pour analyser les moindres événements et en tirer les conséquences, à un goût très très prononcé pour les aventures et surtout ne se formalise que très peu de l’étiquette anglaise. Cette jeune fille va trouver le subtil mélange entre l’espionnage et la vie d’une future lady rendant le tout très comique et très bien pensé, qui pourrait imaginer tout ce qu’elle cache sur elle ou ce qu’elle est capable de faire…

Sophronia va alors aller d’actions en péripéties, elle va cheminer tout au long de l’intrigue pas à pas en nous faisant partager à merveille son coté pragmatique et curieux pour nous offrir toutes les facettes de ce monde si étrange et envoûtant. La cadence étant relativement très soutenue, c’est très appréciable de ralentir un peu avec des anecdotes drôles et légères et une fascination pour le style vestimentaire qui est on ne peut plus particulier et élaboré. Le fait d’y intégrer des vampires et loups-garous donne une touche de mystère et de fantastique, mais cela reste très léger car l’auteure les emploie avec parcimonie, c’est le style Steampunk qui a ici toute sa place, c’est tellement bien narré et décrit qu’on ne peut que visualiser toutes ces choses mécaniques aussi improbables qu’utiles.

En conclusion, un premier tome qui nous ouvre les portes sur un pensionnat bien particulier, une héroïne attachante et au combien téméraire et un univers fait de belles tenues, d’engins et de protocoles, le tout sous un charme « so british » vraiment envoûtant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *