Il était une fois la Fée Chabada > Lucie Brasseur

41xiurt23bl-_sx326_bo1204203200_Kindle : ICI

Livre : ICI

Maryline, prostituée la nuit, écrit le jour des contes pour enfants. Un soir, elle est arrêtée par les Mœurs. En garde à vue, une cartomancienne lui prédit « la rencontre qui changera sa vie ». Incarcérée et accusée de meurtre, elle clame pourtant son innocence. Pour rendre supportable la détention, elle se met à écrire le conte Des Poupées Géantes et de la Poussière de Joie.

107633999Maryline a une double vie. La nuit elle se prostitue, le jour elle écrit de jolis contes pour enfants. Deux vies complètement différentes dont l’une lui permet d’échapper à l’autre.

On pourrait dire que ce livre contient deux histoires bien distinctes, celle de Maryline et l’histoire qu’elle-même écrit durant son incarcération.

Dès le début du livre, nous sommes plongé dans l’univers de Maryline, ou devrais-je plutôt dire dans le double univers de Maryline. Et pourtant, à aucun moment le lecteur ne se sent perdu. On se prend au jeu de vouloir connaître cette femme, de lire l’histoire qu’elle écrit, de l’aider à s’en sortir. Une femme avec une telle plume ne devrait pas rester en prison, elle devrait être libre.

L’auteur a réussi à mélanger ces deux histoires sans qu’aucune ne prenne le pas sur l’autre, le tout se lit avec facilité et cette envie d’en lire toujours plus.

Je ne vous cache pas que lorsque je suis arrivée à la dernière page, je me suis dis « Quoi ! Déjà ? ». J’aurais continuer avec autant de plaisir s’il avait été beaucoup plus volumineux, c’est vous dire si j’étais complètement prise dans l’histoire.

Je ne connaissais pas l’auteure, et je suis ravie d’avoir eu l’occasion de la lire, de connaître une partie de son univers.

Merci à Lucie de m’avoir proposé ce service presse.

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *