Comment perdre la troisième guerre mondiale

104137968Editeur : Publobook

Livre : ICI

Comment perdre la Troisième Guerre mondiale ? Confiez la défense du pays à de jeunes appelés après leur avoir soigneusement ôté toute trace de motivation en leur rappelant qu’ils sont les derniers spécimens à participer au service militaire. Comment transformer ces braves étudiants en bêtes de guerre ? Affectez-les à la fanfare militaire et observez comment l’inaction, l’alcool et la promiscuité annihilent toute velléité de réflexion. Pour Jeremy, fraîchement diplômé de son école d’ingénieur, l’enjeu est tout autre : comment ne pas faire de gaffe quand on a tendance à fantasmer sur ses petits camarades ? Entre Gilbert l’électricien karatéka au superbe torse et Erwan le malicieux petit clarinettiste, il va devoir faire preuve de discrétion et d’une bonne dose d’autodérision pour se fondre dans cette virile ambiance de médiocrité. La dernière chose à faire serait bien de tomber amoureux. Une écriture mordante et une ironie à toute épreuve sont la marque de fabrique de ce roman qui, sous la forme d’un journal, évoque le quotidien d’un homosexuel qui effectue son service militaire. Et si le ton se veut humoristique, il n’est pas pour autant question de clichés dans ce texte qui, par-delà son thème gay, brocarde cette institution qu’est l’armée tout en constituant un éloge de la camaraderie masculine. Une belle irrévérence donc dans ce texte, de même qu’une foi en l’homme et en son ouverture d’esprit, mené avec éclat par A. Puiraveaud.

107633999Ce que j’ai adoré dans ce livre, c’est la manière dont l’auteur a écrit, et celle avec laquelle il fait de deux choses différentes, une seule. Il nous parle du service militaire et de l’homosexualité.

 Jérémy est homosexuel, mais n’a pas fait son coming-out, hormis une de ses amies, personne ne connait son secret. Il faut bien avouer que dans sa condition, se retrouver entouré d’hommes dont il va partager le quotidien durant dix mois, ce ne sera pas simple à faire.

 Et pourtant, il va y arriver en jouant à l’hétéro qui rigole des vannes et des histoires de ses camarades. Ses uniques rencontres gays se font via une hotline qui propose des rencontres d’un soir.

 Mais serait-il possible que ces dix mois de services militaires lui apportent enfin la chose qu’il espérait?

 Évidemment, je connais la réponse, ainsi que la grande aventure de Jeremy durant son service, et je vous conseille vivement de le lire vous aussi, sous peine de rater un très bon moment de lecture.

 Forcément, vous ne devez pas la lire si vous avez des aprioris sur l’homosexualité, ou si vous êtes allergique à cette catégorie de personnes.

 Pour ma part, j’élève mes enfants en leur faisant comprendre qu’il faut pouvoir accepter les différences des autres, mais tout le monde ne pense pas comme moi, donc certaines personnes ne liront pas ce livre, et franchement, ils vont louper une très bonne lecture.

Merci à Publibook de m’avoir permis de le lire en service presse.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *