Au péril de te perdre > Angélique Daniel

111725978

EditeurLes nouveaux auteurs

Date de sortie : 16 juin 2016

BrochéICI

KindleICI

EpubICI

Je m’appelle Mégan Crawfords, en 1991, j’avais 16 ans et menais une vie parfaite, réussissant dans mes études et sortant enfin avec le seul garçon dont je pensais être amoureuse depuis toujours : Le beau et populaire Chad. Mais ma destinée n’était pas là. Je le compris en croisant le regard de Jessy, un nouvel élève du lycée. Il me fallut du temps pour parvenir à m’approcher de lui tant il semblait fuir le monde entier alors que mon cœur battait de plus en plus fort pour lui. Finalement un soir, je craquais et me décidais à l’embrasser. Aussitôt, il me rendit mon baiser avant de me repousser avec force…
Prix Romance. Prix Femme actuelle 2016.

AVIS

820239coeur

Coup de coeur ! 

Je remercie Angélique Daniel pour sa confiance et l’envoi de son roman en service presse.

Il y’a des histoires qui vous bouleversent et vous serrent le coeur autant qu’elles vous le réchauffent. Au péril de te perdre est l’une de ces histoires. A mes yeux un vrai chef d’oeuvre, un énorme Coup de Coeur !

Angélique Daniel nous livre là une histoire avec une âme très profonde, celle d’un amour pur et sincère qui a défié toutes les conventions et les obstacles contre vents et marées.

Mégan Crowford, 16 ans, est persuadée d’être amoureuse, elle sort avec Chad, le mec le plus populaire du lycée, jusqu’au jour où Jessy, un nouvel élève arrive à Millisky. Dès le premier regard quelque chose se passe entre eux, le destin lie leurs âmes et ce dès la première seconde où il se croisent. La magie opère et c’est le début d’une belle histoire d’amour mais il y’a une ombre au tableau et elle est de taille, Jessy est séropositif…

Sa première réaction est de repousser violemment Mégan, il n’a pas l’habitude de se genre de réaction. Il est tellement habitué à être repoussé qu’il est complètement perdu face au baiser de Mégan. Et puis il n’espère plus rien de la vie, il a totalement perdu le goût de vivre mais une étoile est entré dans sa vie, en la personne de Mégan et elle compte bien lui éclairer le chemin vers le bonheur, même s’il doit être éphémère…

Et puis il y a Nicolas, le frère de Mégan qui sera d’un grand soutien. Autant pour sa soeur que pour Jessy pour les aider à affronter tous leurs coups durs.

Au péril de te perdre est un roman qui m’a happé dès les premières lignes. Vous savez j’appréhende toujours de commencer un roman aussi « gros », et oui c’est un beau bébé de 697 pages alors j’ai eu peur d’y trouver des longueurs, des éléments un peu inutiles qui meublent parfois certaines scènes…Et bien honte à moi d’avoir eu cette peur avec ce récit ! Je félicite Angélique pour son histoire. J’ai été emporter dans un tourbillon d’émotions, du rire au larmes, de la joie à la tristesse mais tout cela en ayant continuellement cette lumière au bout du tunnel.

Non seulement l’histoire est magnifique et extrêmement bien menée mais elle est aussi portée à bout de bras par des personnages ayant une force de caractère et une volonté de vivre qui m’a éblouie comme jamais. Nos personnages sont fouillés et très détaillés à tel point qu’ils ont été à mes yeux aussi vivants que n’importe qui autour de moi. J’ai vécu avec cette histoire un moment de lecture d’une rare intensité.

Je dois vous avouer qu’Angélique m’en a fait voir de toutes les couleurs, elle nous livre là un roman plein d’espoir qui traite vraiment d’un thème encore difficile aujourd’hui. Le SIDA a été et est encore une maladie dont on ne guérit pas, une maladie qui fait peur et qui change le regard des gens sur vous. Ici dans « Au péril de te perdre », l’auteure met en avant cette souffrance d’être mis à l’écart, de se sentir différent en plus de savoir que sa vie ne sera qu’une succession de traitement et d’épreuves. De se sentir sans arrêt jugé et condamné…

Jessy est vraiment un personnage que j’ai aimé dès le départ, j’ai compris ses réactions envers Mégan, sa façon de voir sa vie et ne pas réussir à imaginer un futur. Mais il a trouvé en Mégan, une âme soeur, sa moitié qui l’a aimé dès le premier regard. Cette fille forte qui a toujours su ce qu’elle voulait plus que tout, vivre son amour pour Jessy, quoi qu’il arrive. Mégan est une héroïne surprenante, elle a évolué dès le début du récit, dès sa rencontre avec Jessy, devenant plus mature, plus réfléchie. Elle a fait des choix très sensés en gardant toujours espoir. Nick, son frère est un personnage clé dans cette histoire, finalement il a un rôle très important et ce jusqu’à la fin. Comment ne pas s’attacher à ce jeune homme si altruiste, si prévenant envers son entourage. J’ai aimé son caractère jovial et un peu fou par moment, car pour lui l’important c’était de vivre sans avoir de regrets. Il y’a énormément de personnages secondaires, ce serait difficile de vous parler de chacun d’entre eux mais vous verrez qu’ils sont essentiels au développement de l’histoire et tous vraiment très agréables.

J’ai été bouleversée à de nombreuses reprises au fur et à mesure de ma lecture mais grâce à Angélique, chaque épreuve et chaque coup dur est balayé par une note positive, par ce rayon de soleil qui illumine leur vie. Ce n’est pas un récit lisse et sans accrochages je vous préviens de suite. Vous allez être ballotté de droite à gauche, vous accrochant toujours plus à cette merveilleuse histoire. Ne voulant jamais céder à la fatalité quand il y’a encore de l’espoir.

C’est Mégan qui est notre narratrice et ça rend le récit bien plus émouvant encore car nous ressentons tout au plus profond de nous même. J’ai avalé les pages à une vitesse phénoménale, c’est un vrai paradoxe parce que je voulais prendre mon temps avec ce roman, prendre le temps de l’apprécier à sa juste valeur et pourtant une fois dedans impossible de le lâcher. C’était plus fort que moi il fallait que je sache, que j’avance coûte que coûte. Ce qui est fantastique avec cette histoire c’est qu’elle se passe sur de nombreuses années mais l’auteure a réussi à nous donner des détails impressionnants pour ne pas nous perdre dans le temps. Aucunes zones d’ombres, tout est décortiqué pour nous faire vivre cette histoire comme si elle arrivait à quelqu’un que l’on connaît.

La plume d’Angélique s’est faite magique et bouleversante, elle y a mis tout son coeur et ça se sent tellement au travers de ces pages. C’est une histoire d’amour hors du commun qui transmet un très beau message. Au péril de te perdre ça parle d’amour mais aussi de tolérance, d’amitié, de la peur de mourir, de la peur d’abandonner ceux qu’on aime, de désespoir mais surtout et avant tout d’espoir. Ne jamais baisser les bras. Vivre sa vie comme si c’était le dernier jour, j’aime assez cette notion et je me dis que l’on devrait tous profiter des gens que l’on aime, profiter de la vie qui nous ait offerte.

En bref, ce roman m’a vraiment bouleversée dans le bon sens du terme, j’ai vécu un moment unique et je n’ai même pas de mots assez forts pour exprimer réellement ce que j’ai pu ressentir. Tout ce que je sais c’est qu’il doit être lu, il doit faire parti de vos bibliothèques.C’est une véritable merveille et j’espère que ce roman remportera le succès qu’il mérite.

112208021

– Je te l’ai dit, j’ai eu une vie avant de te connaître, mais ces filles ne m’ont jamais rien apporté de bien. Tu sais, il y a des nuits où je me réveille en sursaut, bouffé par les angoisses. Je t’assure c’est parfois tellement flippant de se dire que ce putain de virus vit en moi que j’ai l’impression d’étouffer. Dans ces moments-là je n’ai plus envie de me battre, je me dis que je devrais me laisser partir puisque, de toute façon, c’est ce qui arrivera tôt ou tard…
– Jessy, murmuré-je, émue, en m’emparant de sa main.
– Mais ensuite je pense à toi, à notre histoire, à ton sourire, à ta manière de poser tes mains sur moi, à la façon dont tu me regardes, et alors je reprends espoir. Je crois que, sans toi, il y a longtemps que je me serais jeté du pont… La première fois que je t’ai vue, c’était dans le couloir du lycée, nos regards se sont croisés, et je me suis tout de suite dit que tu étais celle que je voulais.
[…]
– Megan, dit-il en caressant mes cheveux, c’est toi qui me donne la force de me battre contre cette saloperie de virus, c’est grâce à toi que j’ai relevé la tête, que je refais des projets. Je ne suis pas amoureux de toi parce que je suis malade, je t’aime parce que tu es toi.

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *